Partager cet article

À Taïwan, pour attirer les jeunes couples mariés, on construit une chaussure à talon géante

Capture d'écran d'une vidéo YouTube

Capture d'écran d'une vidéo YouTube

Des chaises pour les amoureux, des biscuits et des gâteaux décorent l’intérieur de cette structure étonnante à Taïwan.

Mise à jour: contrairement à ce que nous écrivions, la structure en forme de chaussure n'est en réalité pas un lieu de culte comme l'affirmaient plusieurs médias étrangers, y compris taïwanais. Selon l'AFP, il s'agirait avant tout d'un décor destiné aux jeunes mariés désireux de se prendre en photo. 

Le 13 janvier, le site Mashable rapportait que, sur la côte est de Taïwan, à Chiayi, au sein de la Southwest Coast National Scenic Area, une église en verre et en forme de chaussure à talon est en train d’être construite et devrait être ouverte au public juste avant le nouvel an lunaire, qui tombe en 2016 le 8 février.

 

Le but de cet édifice semblable en tous points à la chaussure de Cendrillon à ceci près que ce soulier mesure presque 17 mètres de haut et 11 de large. Selon plusieurs médias anglo-saxons et taïwanais, sont serait... d’attirer les femmes. Zheng Rongfeng, porte-parole de la Southwest Coast National Scenic Area, aurait ainsi expliqué au site Huanqiu.com, toujours selon Mashable, que l’église aura une centaine d’objets destinés aux femmes, comme des «chaises pour les amoureux, des biscuits et des gâteaux». 

Mais le 14 janvier, de nouvelles informations ont été publiées pour contredire cette version. Selon l'AFP, «le clinquant monument, dont on imagine mal où pourraient se tenir les fidèles, n'est pas un lieu de culte. Il a été conçu pour être le décor de photos de mariage pas comme les autres.» Le but réel de cette structure serait donc d'encourager le tourisme dans la zone en attirant des couples de jeunes mariés. 

Enfin, selon le Taipei Times, qui parle pourtant d'une chappelle, cette forme est aussi censée commémorer la «maladie des pieds noirs», une épidémie qui a touché la zone il y a plusieurs décennies lorsque de l’eau contaminée à l’arsenic a entraîné une vague de gangrène, qui a conduit à de nombreuses amputations. Ce qui, selon le Taipei Times, «enlevait la chance aux femmes de porter des talons à leur mariage».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte