Monde

Cet homme était un des plus puissants du monde (mais juste le 12 janvier)

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 13.01.2016 à 12 h 29

Repéré sur Mic, The Wall Street Journal, The Guardian

Orrin Hatch a été écarté du discours sur l’état de l’Union d'Obama pour assurer la continuité du pouvoir si une tragédie se produisait.

Le sénateur républicain Orrin Hatch, en 2011 | REUTERS/Larry Downing

Le sénateur républicain Orrin Hatch, en 2011 | REUTERS/Larry Downing

Barack Obama s’est présenté devant le Congrès américain, mardi 12 janvier, pour prononcer son discours sur l’état de l’Union. Comme l’indique Mic, le Congrès est alors le lieu où tout le monde veut être vu. Le problème, c’est que tout le monde ne peut pas s’y rendre au cas où quelque chose de terrible se produirait et dans l’éventualité où l’ensemble des membres présents serait tué. Heureusement, les États-Unis ont trouvé un moyen d’y remédier: le survivant désigné.

Cette pratique a débuté «au moins» dans les années 1960, en pleine Guerre froide, selon ce rapport du Sénat, mais ce n’est qu’à partir de 1984 qu’elle a été rendue publique, et avec elle le nom de l’absent.

Cette année, c’est Jeh Johnson, le secrétaire à la Sécurité intérieure, et seizième dans la ligne de succession présidentielle, qui a été désigné par la Maison Blanche pour rester loin du Congrès. Sauf que, cette année, comme le Wall Street Journal le précise, le Congrès a également demandé au sénateur républicain Orrin Hatch de ne pas se rendre au discours sur l’état de l’Union. Comme il ne peut pas y avoir deux présidents, c’est donc ce dernier, qui est également président pro tempore du Sénat et troisième dans la ligne de succession présidentielle, qui serait devenu le premier président mormon si quelque chose s’était effectivement produit.

Pas une petite tâche

Reste que, comme le raconte le Huffington Post, être survivant désigné, ce n’est pas une petite tâche:

«Le président, comme c’est de coutume, désigne son survivant pour l’occasion, en choisissant quelqu’un de son cabinet. Et même si cette personne subit toutes les blagues sur sa position assez basse [en général le membre du cabinet choisi est placé assez loin dans la ligne de succession présidentielle, souligne le Guardian; NDLR], c’est un boulot très sérieux.»

En 2010, Shaun Donovan, alors secrétaire au Logement et au Développement urbain, était parti avec le porte-parole d’Obama, Nick Shapiro, et d’autres personnes, avait «pris un hélicoptère, s’était rendu dans un lieu secret et avait suivi à la lettre des procédures qui donnent des frissons». Mic raconte de son côté qu’en 1997 Dan Glickman s’était rendu chez sa fille à New York après que les services secrets lui avaient demandé s’il voulait bien quitter Washington:

«Il est monté à bord d’Air Force One, avec un médecin, des agents des services secrets et un officier militaire qui gardait les codes nucléaires.»

Jim Nicholson, le survivant de 2006, explique à ABC qu’à ce moment-là «on pense au cataclysme qui devrait se produire pour que l’on devienne président et la situation dans laquelle le pays se trouverait ensuite. Devenir président à ce moment serait très difficile, ce serait une expérience surréaliste».

Reste que, si, pendant quelques heures, le survivant désigné était l’un des hommes les plus puissants et protégés du monde, une fois le discours terminé, ce n’est plus vraiment la même chose. Dan Glickman se souvient s’être rendu dans un restaurant avec sa fille après le discours de Clinton. Pour rentrer, alors qu’une «tempête de neige fondue» s’abattait sur la ville, les choses avaient été compliquées:

«On a attendu, attendu et attendu pour prendre un taxi, mais on n’a jamais réussi. Donc on a marché sur plusieurs centaines de mètres, dans le froid, jusqu’à chez elle. L’ironie, c’est que, quelques minutes plus tôt, j’était la personne la plus puissante du pays, et là je ne pouvais pas trouver un taxi. C’est une belle leçon sur la fugacité du pouvoir.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte