Partager cet article

De Peach à Slack… Comment la ligne de commande est redevenue cool

Image de l'application Peach, qui propose de nombreux «magic words» comme lignes de commande.

Image de l'application Peach, qui propose de nombreux «magic words» comme lignes de commande.

Avec un mot-clef ou un «slash», ces applications vous permettent d’accéder à des dizaines de contenus extérieurs avec une facilité déconcertante.

Il n’y a pas très longtemps, et dans notre propre galaxie, l’utilisation des ordinateurs avec écran demandait une connaissance approfondie des lignes de commandes, qui permettaient notamment à l’utilisateur de lancer des programmes. Les développeurs s’en servent toujours aujourd’hui, mais depuis l’invention de l’interface graphique, créée par Xerox PARC à la fin des années 1970 et les premiers ordinateurs d’Apple, l’utilisateur «lambda» n’avait plus à se coltiner ces fameuses lignes de commandes et bénéficiait de ce qu’on trouve naturel aujourd’hui: icônes, fenêtres, menus, souris…

Pour résumer, avant, les ordinateurs ressemblaient à ça:

Puis ils ont commencé à prendre cette forme:

/giphy 

C’est pour cela qu’il est étonnant de voir, depuis plusieurs mois, un mouvement régressif, un retour vers la ligne de commande. Le dernier exemple en date s’appelle Peach, un réseau social hybride, mélange de Twitter, Facebook, Snapchat et Instagram. L’une de ses fonctionnalités les plus remarquables concernent des mots clefs qu’il suffit d’écrire pour lancer des fonctions extrêmement pratiques (gifs, dessin, localisation, notes…) ou inutiles (lancer des dés, ajouter le nombre de pas effectués dans la journée…).

Et Peach n’est pas la seule à proposer ce retour de la ligne de commande. L’outil d’entreprise Slack, qui «révolutionne la communication» entre les employés selon Le Figaro, propose lui aussi ce système dans les conversations. En insérant le slash «/» devant certains mots, vous pouvez bénéficier de nombreux services, dont le désormais célèbre «/giphy» qui permet d’insérer des gifs, une bénédiction pour une partie de la rédaction de Slate.fr, véritable enfer pour les autres.

On peut, enfin, citer l’application de clavier pour iPhone /Slash, qui permet là aussi de partager des gifs, des vidéos YouTube, des stickers, des emplacements géolocalisés ou des chansons à l’aide la encore de «/».

Dépasser le stade de la métaphore

Pour site du New York Magazine, c’est le signe d’un retour en force de la ligne de commande dans les usages populaires. «Utiliser un ordinateur avec une interface graphique, écrit le magazine, qui requière beaucoup de mouvement et de clics, tend à être plus lent qu’utiliser une ligne de commande», même si elle demande que l’on connaisse les mots clefs et raccourcis nécessaires.

«Les champs de texte est la clef, ajoute le journaliste. C’est partiellement la solution à un problème qui a longtemps handicapé les développeurs sur mobile: moins d’écran disponible voulait dire moins d’espace pour les options d’interaction des utilisateurs.» Mais c’était aussi une opportunité pour créer des outils pour des gens habitués aux nouvelles technologies, «pour qui les actions numériques n’ont pas besoin d’être métaphorisés». Nous arrivons à une époque où le «bureau» de votre ordinateur n’aura plus besoin de ressembler à votre bureau réel, et où la structure de nos interactions avec l'écran va devenir de plus en plus automatisée. La ligne de commande a donc probablement de beaux jours devant elle. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte