Monde / Culture

À Brixton, les fans de Bowie ont chanté pour lui rendre hommage

Temps de lecture : 2 min

Originaire du Sud de Londres, David Bowie est mort le 10 janvier 2016. Des centaines de personnes lui ont rendu hommage.

Une femme avec un tatouage d'un des personnages du chanteur, Aladdin Sane, rend hommage devant le mur de David Bowie à Brixton, le 11 janvier 2016. REUTERS/Stefan Wermuth
Une femme avec un tatouage d'un des personnages du chanteur, Aladdin Sane, rend hommage devant le mur de David Bowie à Brixton, le 11 janvier 2016. REUTERS/Stefan Wermuth

À Brixton, dans le Sud de Londres, l'ambiance était à la fois au recueillement après la mort de l’icône David Bowie mais également à la joie, au chant et à la danse. Des centaines de personnes de tout âge se sont réunies pour chanter les classiques de l'artiste britannique, comme «Let's Dance», «Life on Mars», «Space Oddity» ou «Starman».

L'ambiance était à la fête dans la rue, notamment devant le cinéma Ritzy de Brixton mais également dans les bars. Nombreux étaient ceux qui venaient grimés en un des divers looks de David Bowie. Le plus célèbre étant l'éclair sur le visage, hommage à l'album Aladdin Sane.

«Je suis allé à Brixton à 11h du soir la nuit dernière. La soirée n'était même pas au début de sa fin»

Slate.fr

Newsletters

En Hongrie, les progressistes et l'extrême droite repentie ont affaibli ensemble Orbán

En Hongrie, les progressistes et l'extrême droite repentie ont affaibli ensemble Orbán

L'opposition a conquis plusieurs grandes villes lors des municipales du 13 octobre grâce à une alliance baroque allant des socialistes aux ex-néonazis du Jobbik. Une idylle opportuniste et fragile.

Une Texane dédommagée après une fouille vaginale en pleine rue

Une Texane dédommagée après une fouille vaginale en pleine rue

Natalie Simms a remporté son procès contre la ville de San Antonio au Texas après qu'une détective lui a enlevé son tampon pendant un contrôle de routine.

Trump et les Kurdes, une trahison insensée

Trump et les Kurdes, une trahison insensée

Le président américain n'a pas seulement lâché les Kurdes: c'est son pays tout entier qu'il fait passer après ses propres intérêts.

Newsletters