Stolen et Peach, les deux applications «qui font plus de bruit que Beyoncé»

Stolen et Peach

Stolen et Peach

Régulièrement, les réseaux sociaux s'emballent pour de nouvelles applications. Une effervescence indispensable qui n'est pas forcément un gage de succès sur le long terme.

«À intervalles réguliers, une nouvelle application débarque et fait encore plus de bruit qu'une nouvelle vidéo de Beyoncé.»

Voilà comment le site spécialisé Re/code débute son article sur Peach, «le réseau social qui ressemble à Twitter et qui permet de partager ce que l'on veut avec les personnes que l'on trouve sur l'application»:

«En somme, c'est une nouvelle façon de partager toutes les choses que vous partagiez déjà avec Twitter, ou Facebook, ou Instagram ou Snapchat. C'est simplement emballé dans un joli papier cadeau.»

Comme Peach, Stolen –encore en version beta– a fait impression ces derniers jours, raconte, de son côté, Fortune:

«Les utilisateurs paient avec une monnaie virtuelle pour “voler les autres utilisateurs les uns aux autres. Je peux “avoir disons Barack Obama ou Fortune, si je réunis assez de monnaie virtuelle pour les voler. (Vous pouvez en gagner en jouant ou en achetant.) C'est une sorte de mélange entre la bourse, un poke sur Facebook et l'échange de cartes Pokemon, où l'on s'amuse beaucoup et où l'on sort des pièces en or.»

Un destin à la Candy Crush ou à la Yo?

Fortune explique qu'il y a tout un tas de raisons d'acheter ces gens ou vos amis et que le jeu est intégré dans Twitter ce qui permet par exemple de «voler» ses célébrités préférées. En l'espace de quelques jours, Stolen est devenu un hit. L'application était l'ultime tentative de Siqi Chen et de son équipe pour percer dans le monde des réseaux sociaux, après deux échecs relatifs. «Si Stolen ne décollait pas d'ici le 31 janvier, ils allaient vendre la boîte.» Aujourd'hui, c'est une ruée permanente pour arriver à faire tenir l'application face aux demandes et l'améliorer pour que «Stolen finisse plus comme Candy Crush, que comme Yo».

En septembre 2014, au moment de l'arrivée de Ello, nous nous étions d'ailleurs intéressés à la liste des «prochains Facebook», qui ont ensuite disparu.

Mais qu'est-ce qui fait que ces nouvelles applications explosent si soudainement? Pour Re/code c'est parce qu'un groupe d'influenceurs (journalistes tech, investisseurs et entrepreneurs) l'essaient. Si cela touche une corde sensible chez eux, ils vont sur Twitter pour en parler «et ceux qui ne l'on pas encore téléchargé se ruent sur l'App Store pour savoir pourquoi tout le monde en parle».

Levées de fonds

Mais, cela ne veut pas dire que Peach ou Stolen vont marcher dans la durée, souligne le magazine spécialisé qui rappelle que si une application comme Meerkat, dont on avait beaucoup parlé il y a quelques mois, conserve une chance, d'autres comme Ello et Beme se sont effacées petit à petit. 

Reste que si Stolen satisfait déjà ses investisseurs, Peach parviendra probablement à lever des fonds, précise Re/code, même si cela ne veut pas forcément dire qu'elle durera. «Souvenez-vous que les investisseurs font partie du Twitter Tech, et personne ne veut laisser passer le prochain Snapchat.» Quant à savoir quel chemin ils vont emprunter –Facebook ou Yo–, aucun des deux magazines n'ose pour l'instant le prédire.

Partager cet article