Culture / Monde

Grâce à Star Wars, l’Irlande devrait battre son record de fréquentation touristique en 2016

Temps de lecture : 2 min

The Skellig Michael / Jerzy Strzelecki - Own work via Wikimedia.
The Skellig Michael / Jerzy Strzelecki - Own work via Wikimedia.

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1996, la petite île rocheuse aujourd’hui inhabitée de Skellig Michael au large du Kerry, au Sud Ouest de l’Irlande, fut le refuge de moines qui y érigèrent un monastère au VIème siècle. Elle est passée d'un relatif anonymat à la notoriété mondiale en décembre dernier, puisque plusieurs scènes du septième épisode de la saga Star Wars y ont été tournés, et que l’équipe y reviendra pour le prochain épisode attendu en 2017. L’île est d’autant plus chère aux fans de Star Wars qu’un personnage de premier plan y fait une brève apparition déterminante...

L’office de tourisme irlandais s’est appuyé sur ce vecteur inespéré de promotion pour attirer un nouveau type de touriste en Irlande. L’institution a publié début janvier une vidéo réalisée par LucasFilm, dans laquelle des membres de l’équipe de tournage et le réalisateur J.J. Abrams lui-même expliquent pourquoi ils sont tombés amoureux de l’île.

Les prévisions publiées dans la presse irlandaise tablent sur 8,2 millions de visiteurs en 2016, une augmentation de 4% par rapport à 2015, qui était déjà une année record de fréquentation touristique, et le ministre du tourisme a évoqué le seuil de 10 millions de touristes en 2025. L’archipel de Skellig est composé de deux îles: Skellig Michael et une île plus petite, Little Skellig, qui n’est pas ouverte au public.

Le port de Portmagee, au large duquel se trouve l'île, a déjà intégré cette nouvelle donne à son offre touristique, avec notamment un package Star Wars, qui inclut une visite guidée du site de pré-production du film et la possibilité de boire une pinte dans le pub où l'équipe et les acteurs se sont réunis pendant le tournage.

Newsletters

Il revient sur Netflix: pourquoi «Dawson» serait mieux sans Dawson

Il revient sur Netflix: pourquoi «Dawson» serait mieux sans Dawson

Souvenez-vous. En 1998, la Guerre froide était finie, internet n'avait pas encore ruiné nos vies, le Covid-19 n'existait pas… Et puis, tous les jours sur TF1, il y avait Dawson. Une série réalisée par Kevin Williamson, sur...

Les fans des films de zombies ont été mieux préparés à la pandémie

Les fans des films de zombies ont été mieux préparés à la pandémie

Ils auraient moins souffert psychologiquement que les autres depuis le début de la crise sanitaire.

À quoi ressemblait vraiment l'Angleterre à l'époque de «La Chronique des Bridgerton»?

À quoi ressemblait vraiment l'Angleterre à l'époque de «La Chronique des Bridgerton»?

La série de Netflix est un portrait romancé du pays pendant la Régence.

Newsletters