Monde

Les services secrets déjouent un projet de kidnapping du chien d'Obama

Temps de lecture : 2 min

L'homme avait plusieurs armes dans son camion, dont deux fusils, trois cent cinquante cartouches, une machette et une matraque

Le chien de Barack Obama «Bo» à la Maison blanche, avril 2010. REUTERS/Jonathan Ernst
Le chien de Barack Obama «Bo» à la Maison blanche, avril 2010. REUTERS/Jonathan Ernst

Un homme qui avait conduit du Dakota du Nord à Washington afin de kidnapper un des chiens du président Barack Obama a été arrêté dans la capitale américaine mercredi 6 janvier. Selon le Washington Post, Scott Stockert, 49 ans, avait plusieurs armes dans son camion, dont deux fusils, trois cent cinquante cartouches, une machette et une matraque.

Interrogé par des agents des services secrets, Stockert a expliqué qu'il comptait kidnapper Bo, le plus âgé (et le plus médiatisé) des deux chiens d'eau portugais qui vivent à la Maison Blanche. Il a aussi dit qu'il allait se rendre au Capitole pour déclarer sa candidature aux présidentielles et défendre un assurance maladie à 99 dollars par mois.

Alors qu'il était transporté par les forces de l'ordre, le prévenu s'est présenté comme étant Jésus Christ, mais aussi le fils de John F. Kennedy et de Marily Monroe.

Des agents du Minnesota avaient alerté la police au sujet du projet de kidnapping, et Stockert a été arrêté pour possession illégale d'armes. Il a été relâché en attendant sa comparution devant un tribunal, mais n'aura pas le droit de se rendre dans les environs de la Maison Blanche.

Slate.fr

Newsletters

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Le célèbre frère dominicain Frei Betto, qui a contribué à la création du Parti des travailleurs de Lula, regarde, sidéré, le Brésil «basculer dans la dictature».

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

L'un des buts avoués de la légalisation est de couper l'herbe sous le pied du marché noir. Mais la tâche s'annonce plus compliquée qu'on pourrait le croire.

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

Malgré ses revers militaires, l'EI est parvenu à trouver de nouvelles sources de revenus, et l'Occident refuse de voir la réalité en face.

Newsletters