Un Australien se bat pour le droit d'avoir une signature en forme de pénis

Capture d'écran Twitter

Capture d'écran Twitter

Jared Hyams a déjà obtenu gain de causes pour certains documents officiels, mais pas autant qu'il le souhaiterait.

Jared Hyams se bat avec les autorités australiennes pour avoir le droit de signer ses documents officiels avec un symbole phallique. Tout a commencé il y a cinq ans lorsqu'après un changement d'adresse, cet Australien de 33 ans a décidé de signer son renouvellement de carte d'électeur avec un dessin de pénis, rapporte le Sydney Morning Herald.

Il pensait que personne ne remarquerait, mais au contraire, on lui a dit qu'un gribouillis de zizi ne constituait pas une signature légale. Hyams a fait appel mais la commission électorale australienne a rejeté son action juridique, considérée comme «futile, vexatoire» et un gâchis de l'argent du contribuable. 

C'est alors que Jared Hyams a commencé à se poser plein de questions philosophico-juridiques:

«L'essence d'une signature revient à sa fonction, pas sa forme. En général, il s'agit d'une personne qui fait une marque sur un papier avec sa main. Dès qu'on commence à essayer de définir ce qu'est une signature, des problèmes se posent –s'il faut que ce soit le nom de quelqu'un, comment expliquer que la plupart des signatures soient des gribouillis illisibles.»

«Remettre les choses en question, c'est important»

Cette quête a changé la vie de Hyams, qui a commencé des études de droit afin de mieux lutter contre l'opposition à laquelle il faisait face. Il a aussi décidé de défier les autorités en utilisant le dessin de zizi comme sa signature officielle pour toutes ses démarches.

Cela n'a pas marché pour l'obtention d'un passeport, car l'agence en question a rétorqué que la présence de ce dessin phallique pourrait constituer une forme de harcèlement sexuel des employés fédéraux.

Malgré tout, sa persévérance lui a permis d'obtenir quelques victoires: certains ont fini par l'autoriser à signer avec un pénis, et Jared Hyams est désormais l'heureux propriétaire d'un permis de conduire, d'une carte de santé et d'une carte d'étudiant avec des zizis pour signature. 

Il explique au site Mashable qu'il continuera à signer ainsi tant que certains bureaucrates continueront de refuser ses phallus:

«Comme la plupart des gens, ils font leur boulot et tous les jours c'est pareil, personne ne se pose de questions, mais pour moi, remettre en question les choses est quelque chose d'important.»

Partager cet article