Partager cet article

«Dix décédés? Wow. 1-0, deux fois cinq?»: quand les secours apprennent le bilan à Charlie Hebdo

Près de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015. REUTERS/Christian Hartmann.

Près de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015. REUTERS/Christian Hartmann.

Un documentaire de «Complément d’enquête» révèle de nouveaux éléments sur l’effroi dans les minutes qui ont suivi l’attentat contre l'hebdomadaire satirique.

Diffusé le 7 janvier 2016 sur France 2 dans l’émission «Complément d’enquête», un an jour pour jour après l’attaque des locaux de Charlie Hebdo, un documentaire exceptionnel livre des témoignages exclusifs de victimes ainsi que de personnes arrivées sur place pour donner les premiers soins ou mener l’enquête.

Les auteurs du documentaire ont notamment pu se procurer l’enregistrement d’un appel téléphonique entre un urgentiste, l’un des premiers arrivés sur les lieux et qui a découvert l’ampleur du massacre, et l’un de ses collègues à qui il demande d’envoyer des secours:

«Sur le site Charlie Hebdo, c’est cinq blessés urgence absolue.

-Oui.

-Et dix décédés.

-Et deux décédés?

-Dix.

-Dix décédés?

-Dix décédés, oui.

-Wow, dix, 1-0, deux fois cinq?

-1-0. Donc cinq urgences absolues, il faut qu’il y ait des moyens médicaux le plus vite possible.»

Jean-Pierre Tourtier, médecin-chef à la brigade des sapeurs pompiers de Paris, était l’un des premiers secouristes sur place, et se souvient encore de l’odeur du sang et de la poudre quand il est arrivé dans la salle de rédaction:

«Avant même de voir les corps, il a quelque chose qui m’a vraiment marqué. Une odeur qui correspond au mélange de l’odeur de poudre et de l’odeur du sang, cette odeur ferrique du sang. Et tout de suite après cette impression, c’est celle des corps, qui sont amassés, et puis quelqu’un au fond de la pièce, là où est le cœur de la rédaction, qui me dit d’une voix là encore presque douce: "Monsieur s’il vous plaît, aidez-moi."»  

Sur son site, L'Obs raconte également l'arrivée de Sophie Hatt, chef de sécurité de François Hollande, qui voulait monter dans les locaux. «Le président, lui, est prêt à monter les deux étages pour voir à son tour la salle de rédaction dans laquelle gisent les corps. Mais sa chef de sécurité Sophie Hatt en redescend, livide: "Je crois qu'on ne va pas y aller". Cette fois, François Hollande obéit. Il ne montera pas voir la scène de crime.»

Le documentaire diffusé «Complément d'enquête» est disponible en intégralité sur le site de France TV Info. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte