Partager cet article

Regarder le même film des dizaines de fois fait plaisir à votre cerveau

Réécouter le même disque à travers les âges peut conférer une sensation de pouvoir de création. | Anders Printz via Flickr CC License by

Réécouter le même disque à travers les âges peut conférer une sensation de pouvoir de création. | Anders Printz via Flickr CC License by

Qu'il s'agisse d'un vieux groupe, d'un disque culte ou d'un film vu et revu, c'est dans la répétition que nous trouvons le plus de plaisir. Voici pourquoi.

Ils donnent l'impression d'un bon vieux plat réconfortant. Nous avons tous des objets culturels auxquels nous restons attachés malgré les années qui passent. Cela peut être un disque fétiche, qu'on se repasse en cas de coup de blues. Un groupe de rock, dont on ne loupe pas un concert. Un vieux film, qui ne nous a pas quitté depuis l'adolescence.

Un article du Pacific Standard décrypte pourquoi nous tirons tant de plaisir dans cette répétition. Pour l'auteur, la raison la plus évidente est appelée «effet de simple exposition». Les gens préfèrent les choses auxquelles ils ont déjà été exposés. Ce qui pourrait s'expliquer du point de vue de l'évolution: si j'ouvre une porte 100 fois, je sais ce qu'il y a derrière. Je n'ai plus à m'inquiétier d'un éventuel prédateur qui m'attendrait derrière. 

Elizabeth Hellmuth Margulis est une universitaire spécialiste de la cognition musicale. Elle explique le mécanisme qui se joue dans notre cerveau: «Quand on écoute une chanson plusieurs fois, on finit par l'entendre en avance, en imaginant ce qui va arriver avant même que cela se produise. On a l'impression que l'on est à l'origine du son grâce à notre imagination.»

Seule la répétition permettrait de sentir ce «pouvoir» de création. Et c'est en partie dans ce pouvoir que nous tirons notre joie d'écouter encore et encore le même air. Dans une étude, Elizabeth Hellmuth Margulis a proposé des airs de musique contemporaine à des participants. Pour certains d'entre eux, elle avait trafiqué une nouvelle version présentant des passages répétitifs. Le public a préféré cette dernière version.

Souvenirs de jeunesse

Au-delà de cet aspect répétitif, la joie que nous tirons d'un film visionné 100 fois est intimement liée à la période à laquelle nous l'avons vu pour la première fois: la jeunesse. Le Pacific Standard compare ce phénomène au fait que pour les personnes âgées, les souvenirs les plus marquants sont ceux qu'ils ont vécus entre 10 et 30 ans. 

Mais notre attirance pour la répétition ne s'explique pas seulement par une forme de nostalgie. En 2012, deux professeurs en marketing américains ont interviewé 23 personnes qui venaient de redécouvrir un livre, un film ou un lieu de vacances. Ils se sont rendus compte que cette répétition avait rendu ces personnes capables de résoudre des problèmes auxquels ils étaient confrontés. 

Ce qui démontre un dernier point: revoir le même film encore et encore n'est pas une preuve d'esprit borné. Parce que votre interprétation d'une même oeuvre peut changer du tout au tout avec le temps. 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte