Des homosexuels rejoignent Daech pour éviter d’être tués

Un drapeau de l'organisation Etat islamique, déployé en Irak.REUTERS/Stringer.

Un drapeau de l'organisation Etat islamique, déployé en Irak.REUTERS/Stringer.

Certaines voix dénoncent une hypocrisie de l'État islamique sur le sujet.

C’est un paradoxe mis en lumière par un article du Daily Beast repéré par Reader: des homosexuels rejoignent Daech pour se protéger et protéger leur famille. Combien? Les chiffres ne sont pas connus, mais le phénomène existe, relève Subhi Nahas, un Syrien gay qui a échappé aux griffes de l’organisation terroriste et est devenu célèbre après avoir prononcé un discours devant l’ONU pour alerter la communauté internationale sur le sort des homosexuels sous le drapeau noir.

«Nous avons connaissance de témoignages selon lesquels des homosexuels ont été recrutés par Daech, ou qu'ils ont eu des rapports sexuels avec des membres de Daech», explique Subhi Nahas.

Selon ce militant de l’organisation Oram, qui défend les réfugiés syriens, des homosexuels s’engageraient aussi pour protéger leur famille et continuer à avoir des relations homosexuelles en secret. «Ainsi ils savent qu’il sont protégés. Et qu’on ne viendra pas les questionner», avance Subhi Nahas. 

Viol, défenestration

D'autres se sont réellement convertis, au moins en apparence, à l'idée que l'homosexualité serait une «abomination» et auraient adopté un comportement de prosélyte. «Des nouvelles recrues accusent des anciens partenaires sexuels parce qu’ils se disent que c’est juste», relate Subhi Nahas. Et sans doute aussi, par paranoïa, pour éviter de se faire dénoncer eux-mêmes par ces anciens partenaires.

Des faits qui s'ajoutent à la défenestration par l'organisation d'un adolescent violé par un responsable de Daech, alors que ce dernier a été épargné. Ce qui fait dire au Daily Beast que Daech est «hypocrite», parce que sa condamnation de l'homosexualité est à deux vitesses.

 
Partager cet article