Culture

Un an après Charlie Hebdo, regarde l’école changer

Louise Tourret, mis à jour le 08.01.2016 à 14 h 49

Les événements tragiques de l'année 2015 ont amené de nombreux éducateurs à reconsidérer une partie de leur tâche. Avec beaucoup d'humilité, c'est toute l'école qui peut en être grandie.

Najat Vallaud-Belkacem, le 7 janvier 2016 I JACQUES DEMARTHON / AFP

Najat Vallaud-Belkacem, le 7 janvier 2016 I JACQUES DEMARTHON / AFP

C’est toujours sympathique de suivre la ministre de l'Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, en déplacement dans une école. Les enseignants et l’administration font pleins d’efforts pour offrir le meilleur visage de leur établissement. Tout le monde va en cours, les journalistes peuvent s’installer dans les rangs. C'est toujours l’occasion de regarder une classe, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre que celle qu’on a connue quand on avait l’âge des élèves avec qui on se retrouve.

À LIRE AUSSI

Ma vie de prof

Lire

Et c’est bien de changement dont on a parlé ce 7 janvier 2016 au collège Madame de Staël à Paris. Qu’est-ce qui a changé depuis les attentats de 2015, depuis que l’école s’est mobilisée pour les valeurs de la République le 22 janvier dernier?

Une partie du bilan de la ministre se joue dans ce message d'engagement autour d'une question si sensible mais qui peut apporter des réponses plus consensuelles que la réforme du collège, celle de la carte scolaire ou de l’éducation prioritaire.

Plus de 5.000 citoyens volontaires

Dès janvier dernier par exemple, le Président de la République annonçait lui-même une journée de la laïcité. Elle doit être célébrée dans toutes les écoles et tous les établissements chaque 9 décembre.

Depuis des mois, les réservistes n’ont rien à faire. Ils ne sont jamais allés rencontrer les élèves

François Jarraud

Le ministère de l’Éducation a veillé à la mise en place de ressources sur les thèmes de la laïcité et de la liberté d’expression (les sites qui s’adressent aux professionnels comme celui de l’Éducation nationale ÉduscolCanopé ou le Clemi). Ce jeudi 7 janvier, Najat Vallaud-Belkacem tenait aussi à dire qu’un effort important a été fourni pour préparer les enseignants à cette mission. Il a débuté par la formation de 1.500 formateurs qui doivent à leur tour maintenant former des professeurs. L'objectif est d’en toucher 300.000 –c'est-à-dire un peu plus d’un tiers d’entre eux– avant la fin de l’année…

En ce qui concerne la réserve citoyenne, lancée le 12 mai 2015, qui «offre à tous les citoyens la possibilité de s'engager bénévolement pour transmettre et faire vivre les valeurs de la République à l’école»… 5.400 personnes se sont proposées. Le ministère s’est indigné publiquement des critiques qui ont été formulé par le Figaro sur l’inapplication de ses mesures mais les retours du terrain font pour l'heure état de nombreux problèmes. D’un coté, des collèges dans lesquels on n’a pas vu de changement, de l’autre, des réserviste à qui on ne fait pas appel. «Depuis des mois, les réservistes n’ont rien à faire. Ils ne sont jamais allés rencontrer les élèves. Ils n'entendent pas uniquement jouer les utilités dans les cérémonies officielles et l'ont clairement fait savoir», notait François Jarraud dans les colonnes du Café Pédagogiques le 4 décembre dernier.

Prise de conscience

Au final, les choses évoluent, mais autrement. Pas à coups de mesures. Nous avons collectivement pris conscience que le sujet n’était pas simplement ou pas seulement de définir des règles communes, par exemple sur la tenue de certains élèves voire des parents qui accompagnent les sorties, ou sur le menu des cantines –sujets dont la France n’a hélas pas fini de débattre. Ce qui est primordial, c’est d’en parler réellement, à travers des cours comme l’enseignement moral et civique, mais aussi, à chaque fois qu’il semble que les élèves en ont besoin. Et ce dont l’année 2015 a fini de convaincre tout le monde, c'est que les élèves en ont besoin.

C'est comme si l’Éducation nationale avait finalement compris que les discours officiels ne pouvaient pas se contenter de postures, de phrases incantatoires

Il est terrible de constater comment les évènements de 2015 ont précipité notre prise de conscience. En janvier, le ministère de l’Éducation a réagi en disant d’abord: vite, une minute de silence. En novembre, la même institution a envoyé un message un peu différent aux enseignants: il faut avant toute chose recueillir la parole des élèves et préparer l’hommage aux victimes.

Comme si l’Éducation nationale avait finalement compris que les discours officiels ne pouvaient pas se contenter de postures, de phrases incantatoires et de jouer sur la nostalgie de l’école de Jules Ferry. Que la laïcité et la liberté d’expression ne s’assénaient pas mais qu’elles devaient faire l’objet d’une pédagogie explicite et continue et qu’il fallait permettre aux élèves de débattre pour les faire réfléchir. Qu’il ne s’agissait pas seulement d’enseigner mais, forcément, dans le même mouvement d’éduquer.

«Avant, c'était abstrait»

Ce qui a changé en 2015, c’est l’école sous l'effet de cette attention très forte de toute la société sur ces questions (laïcité et la liberté d’expression). La voilà placée au cœur du pacte démocratique. C'est une lourde responsabilité dont chacun a meiux pris conscience. Un sentiment que résumait très bien Pascal Joseph, enseignant d’histoire géographie du collège Madame de Staël à qui ma collègue Célia Quilleret a tendu son micro pour France info:

«Ce qui est nouveau, c’est ce qui arrive dans l'actualité, une illustration dramatique des programmes alors qu'avant c'était abstrait. Travailler sur la tolérance, le fanatisme fait partie de notre mission depuis toujours (…) mais comment aborder ces problèmes? Cela nous a obligé à voir comment on pouvait leur parler de la spécificité française: la tolérance, le siècle des lumières, mais ce sont les faits qui nous ont conduit à ce qu'on en parle beaucoup plus.»

Voilà l’école après cette éprouvante année 2015. Ni tout à fait une autre, ni tout à fait la même, un peu meilleure peut-être.

Louise Tourret
Louise Tourret (167 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte