MondeFrance

Trump fête ses propos polémiques de janvier 2015 par d’autres polémiques

Repéré par Christophe-Cécil Garnier, mis à jour le 07.01.2016 à 16 h 32

Repéré sur Twitter, The Independent

Le candidat à la primaire républicaine n'hésite jamais à dire ce qu'il pense sur Twitter.

Le candidat à la primaire républicaine Donald Trump lors d'un meeting à Lowell, dans le Massachusetts, le 4 janvier 2016 | REUTERS/Brian Snyder

Le candidat à la primaire républicaine Donald Trump lors d'un meeting à Lowell, dans le Massachusetts, le 4 janvier 2016 | REUTERS/Brian Snyder

Il n’arrête jamais. Donald Trump a beau être en tête pour la primaire républicaine en vue de l’élection présidentielle américaine de 2016, il continue comme à l’accoutumée de faire de nombreux dérapages. Le dernier en date est un tweet du 7 janvier 2016, après qu’un homme a été abattu devant le commissariat du XVIIIe arrondissement de Paris

«Un homme s’est fait tirer dessus à l’intérieur d’un commissariat de police. Je viens juste d’annoncer que la menace terroriste est à son plus haut niveau. L’Allemagne est un bazar total. Réfléchissez!»

Outre le fait que la personne abattue ne l’a pas été à l’intérieur du commissariat mais devant, l’homme politique américain a parlé de la situation en Allemagne (certains ont même pensé qu’il plaçait Paris de l’autre côté du Rhin), où il y a eu une vague d’agressions sexuelles, sans rapport aucun avec le terrorisme.

Donald Trump avait déjà extrêmement fait réagir sur Twitter après ses tweets du 7 janvier 2015, lors de l’attentat contre Charlie Hebdo. L’homme d’affaires avait fait plusieurs déclarations, après avoir exprimé ses condoléances aux familles des victimes. Il avait affirmé d’abord que, «si les personnes tuées de façon tellement violente dans Paris avaient des armes, elles auraient eu au moins une chance de se battre» avant de noter avec ironie que la tragédie avait eu lieu dans un des pays qui avait un contrôle des armes parmi «les plus durs au monde».

 

«N’est-ce pas intéressant que la tragédie à Paris se soit produite dans un des pays qui a un des contrôles d’armes à feu les plus durs au monde?»

Des déclarations proférées même si le dessinateur Charb était accompagné du policier, armé, Franck Brinsolaro, ou que les armes à feu font plus de victimes que le terrorisme aux États-Unis. D’ailleurs, de nombreuses personnes l’avaient traité de «débile» à ce moment-là, comme le rappelle The Independent. Il avait répondu en partageant de nombreux messages qui l’enjoignaient à se présenter à la présidentielle américaine de 2016...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte