Partager cet article

L’homme abattu devant un commissariat du XVIIIe arrondissement était porteur d'une revendication djihadiste

À la Goutte d'or, dans le XVIIIe arrondissement de Paris | LIONEL BONAVENTURE/AFP

À la Goutte d'or, dans le XVIIIe arrondissement de Paris | LIONEL BONAVENTURE/AFP

L'événement survient un an jour pour jour après l’attaque contre Charlie Hebdo. La section terroriste du Parquet de Paris a été saisie et l’individu identifié.

Un an jour pour jour après l’attentat qui a visé la rédaction de Charlie Hebdo, un homme armé porteur d'une revendication djihadiste a été abattu après avoir menacé des agents du commissariat de la Goutte d’or, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, jeudi 7 janvier. Selon des éléments communiqués par le parquet et par des sources proches de l'enquête à l'AFP, l’individu, armé d’un hachoir et d'un dispositif factice ressemblant à un gilet explosif, a exhibé son arme devant le commissariat et a refusé de répondre aux sommations des agents vers qui il avançait, avant d’être abattu vers 11h30. Un journaliste du Monde a précisé sur Twitter qu’il était porteur d’une «pochette entourée de scotch dont dépassaient des fils électriques».

L’homme était porteur non pas d’une ceinture, mais d’une "pochette entourée de scotch dont dépassaient des fils électriques" (police)

— Soren Seelow (@soren_seelow) January 7, 2016

L’enquête a été confiée à la section antiterroriste du parquet de Paris. Identifié en fin de journée, l'individu, un Marocain de 20 ans, s’appelle Sallah Ali. Il était connu des services de police pour une affaire de vol en réunion en 2013 dans le sud de la France, selon des sources proches du dossier interrogées par l’AFP. «Un papier avec un drapeau de Daech et une revendication manuscrite non équivoque en langue arabe» ont été découverts sur lui, a indiqué le procureur de la République dans un communiqué: l'assaillant y «prêtait allégeance» au chef de l'État islamique Abou Bakr al-Baghdadi et justifiait son acte par une vengeance contre les «attaques en Syrie». La ministre de la Justice Christiane Taubira a néanmoins affirmé sur iTELE que les éléments connus de cette personne ne font apparaître «aucun lien avec la radicalisation violente, aucun».

Une journaliste du New York Times, Anna Polonyi, qui se trouvait en face du commissariat, a publié plusieurs tweets pour partager ce qu’elle voyait et entendait dans sa rue au moment des faits.

#Barbes My sister saw this man running towards the station before being shot down. Bomb team has been called in. pic.twitter.com/A8yHgWu8yW

— Anna Polonyi (@akilincs) 7 Janvier 2016

«Ma sœur a vu cet homme courir vers le commissariat avant qu’il soit abattu. Une équipe de déminage a été appelée.»

#Barbes A man was just shot in front of the police station. My sister witnessed it from our balcony window.

— Anna Polonyi (@akilincs) January 7, 2016

«Un homme a été abattu devant le commissariat de police. Ma sœur l’a vu de la fenêtre sur notre balcon.»


L’événement est survenu au moment où François Hollande prononçait ses vœux annuels aux forces de sécurité. Le quartier de Barbès a été sécurisé par la police: deux écoles ont été fermées puis évacuées et le trafic a été interrompu pendant quelques dizaines de minutes sur les lignes 2 et 4 du métro, respectivement entre les stations Belleville et Blanche et Porte de Clignancourt et Réaumur-Sébastopol, ainsi que sur le funiculaire de Montmartre.

Par mesure de précaution, les écoles 49 bis et 57 rue de la Goutte d’Or sont confinées. #RT pic.twitter.com/OnkxAtSYAn

— Académie de Paris (@Academie_Paris) 7 Janvier 2016

Un peu plus haut boulevard Barbès bouclé. Les forces de l’ordre ordonnent de ne pas rester la, en groupe #ParisXVIII pic.twitter.com/u8JOL9GdO1

— Elisa Perrigueur (@ElisaPerrigueur) January 7, 2016

Quartier complètement bouclé dans le quartier de la goutte d’or. #Barbes #Paris pic.twitter.com/stnPmv64Jq

— Nunès Christopher® (@NunesChr) January 7, 2016

La police technique et scientifique arrive à proximité du commissariat du 18ème #Gouttedor pic.twitter.com/yqdumL1zZT

— helenesergent (@helenesergent) January 7, 2016

Un peu avant 15 heures, le boulevard Barbès a réouvert.

Le boulevard Barbès a rouvert, les rideaux se relèvent. Seules les rues adjacentes au commissariat restent bloquées. pic.twitter.com/QhsqU7ZPNL

— fabien magnenou (@fmagnenou) January 7, 2016

Non loin de la rue de la Goutte d’or, certains habitants étaient encore escortés par la police en milieu d’après-midi.

Le boulevard Barbès a rouvert, les rideaux se relèvent. Seules les rues adjacentes au commissariat restent bloquées. pic.twitter.com/QhsqU7ZPNL

— fabien magnenou (@fmagnenou) January 7, 2016
Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte