Sciences

Le GPS des requins se trouve dans leur nez

Temps de lecture : 2 min

Après avoir parcouru des milliers de kilomètres, les squales arrivent toujours à retrouver leur chemin. Des scientifiques américains pensent avoir découvert comment.

Le requin blanc est capable de nager sur 4.000 kilomètres avant de revenir à son lieu de départ | Elias Levy via Flickr CC License by

Les grands requins blancs nagent régulièrement de Hawaï jusqu’aux côtes californiennes, soit un peu moins de 4.000 kilomètres parcourus. Les requins saumons, eux, migrent d’Alaska jusqu’au Pacifique subtropical. Cela représente environ 8.000 kilomètres.

Comme l’explique National Geographic, la façon dont les squales se repèrent pour tracer leur chemin à travers les courants toujours changeants des eaux profondes a longtemps été un mystère. Peut-être plus maintenant. Il apparaît désormais qu’ils se repèrent... grâce à leur nez.

Près de San Diego, des scientifiques ont emmené des requins léopoards à dix kilomètres de leur repaire. Ils les ont tous équipés de dispositifs de repérage. Puis ils ont bouché les narines de certains d’entre eux avec des boules de coton.

Environ trente minutes après avoir été relâchés dans la mauvaise direction, les requins à l’odorat fonctionnel «ont opéré un demi-tour, avant de foncer vers le rivage». Les requins dont le nez était bouché se sont montrés incapables de se repérer. Leurs trajectoires étaient sinueuses et leur vitesse moins rapide que ceux qui pouvaient sentir librement.

Molécules chimiques et autres repères

Les scientifiques qui ont mené l’expérience pensent que les requins flairent et pistent des molécules chimiques particulièrement présentes près de leur repaire. Mais certains de leurs confrères restent sceptiques. Un biologiste de l’université d’Hawaï évoque par exemple la possibilité que les requins aient été déconcertés par le fait d’avoir le nez obstrué, sans qu’ils se servent forcément de leur odorat.

Un universitaire de Floride ajoute qu’il est possible que les requins «valides» aient été attirés par une odeur dans une certaine direction. En suivant cette odeur, leur attention se serait alors portée sur d’autres repères, comme la température de l’eau ou la lumière, jusqu’à qu’ils retrouvent leur chemin.

Les requins dont le nez était bouché n’ont pas réussi à revenir à domicile. Mais ils ont tous fini par s’orienter vers les côtes, ce qui suggère que quelque chose d’autre les guide. Pour les scientifiques de San Diego, le plus important est de souligner que l’odorat participe largement à la navigation des requins. Même si cette dernière conserve encore une part de mystère.

Newsletters

Pourquoi la dératisation urbaine est si compliquée

Pourquoi la dératisation urbaine est si compliquée

Pour mettre en œuvre des politiques efficaces de dératisation, encore faut-il comprendre les organisations sociale et territoriale des rats vivant en milieu urbain.

La compensation carbone participe-t-elle à un colonialisme vert?

La compensation carbone participe-t-elle à un colonialisme vert?

Indispensable au financement du développement durable, ce mécanisme est aussi très critiqué.

La pollution atmosphérique pourrait être à l'origine de cancers du cerveau 

La pollution atmosphérique pourrait être à l'origine de cancers du cerveau 

Une nouvelle étude canadienne fait pour la première fois le lien entre les nanoparticules toxiques et la maladie.

Newsletters