Santé

Trop de CO2 au bureau nuit à la qualité de votre travail

Temps de lecture : 2 min

Vous êtes de ceux qui se plaignent de l’air vicié au bureau? Selon une étude américaine, vous avez raison.

Trop de CO2 au bureau influe sur les capacités cognitives | Erin Murphy via Flickr CC License by

«Plus le taux de CO2 est important dans un bureau, plus les performances cognitives diminuent.» C’est ce qu’affirme une étude menée par deux équipes des universités de Harvard et Syracuse dont les résultats ont été publiés dans la revue Environmental Health Perspectives et qui a été repérée par le site Emerge il Futuro.

Pour établir ce rapport, vingt-quatre personnes ont été placées dans trois environnements de travail distincts. Chaque bureau comptait respectivement 550 parties par million (ppm), 945 ppm et 1.400 ppm de CO2. Les volontaires ont dû effectuer les tâches quotidiennes de leur profession.

Les personnes qui travaillent dans un environnement placé à 550 pm de CO2 ont obtenu des résultats en moyenne 15% supérieurs à celles du deuxième groupe et 50% supérieurs au troisième. Les chercheurs notent que les facultés à «utiliser les informations, réagir aux crises et élaborer des stratégies» sont particulièrement altérées.

En France, «le titre III des Règlements sanitaires départementaux (RSD) fixe, pour les bâtiments non résidentiels, un seuil en CO2 de 1.000 ppm dans des conditions normales d’occupation, avec une tolérance à 1.300 ppm dans les locaux où il est interdit de fumer, sans fondement sanitaire explicite de ces deux valeurs», explique l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Les auteurs de l’étude estiment eux que la quantité maximale de CO2 à l’intérieur d’une salle serait de 5.000 pppm. Au-delà de cette valeur, sa présence porterait atteinte à notre santé.

Slate.fr

Newsletters

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

La dépression saisonnière ne se manifeste pas qu’en hiver: il n’est pas si paradoxal de broyer du noir à l’approche de la saison estivale.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Newsletters