Partager cet article

Le tweet idéal fait 100 caractères, pas 10.000

Capture d'écran d'un tweet de Bernard Pivot

Capture d'écran d'un tweet de Bernard Pivot

140 caractères, c’est bien, 100 ce serait mieux. Des tweets de 10.000 caractères sont un non-sens.

Si Twitter veut vraiment faire évoluer la longueur des tweets, alors mieux vaudrait réduire le nombre de caractères autorisés plutôt que d’en ajouter. Instaurer une limite à 10.000 caractères, comme l’envisagerait Twitter, c’est renier le concept même de Twitter.

La concision est la force de Twitter. Oui, effectivement, certains tweets prennent des allures de télégrammes, d’autres contrarient les puriste de la syntaxe mais retenons surtout que, bien souvent, cette contrainte impose à l’internaute de réfléchir à son message et de le remanier pour passer sous la barre des 140 caractères autorisés. C’est ainsi que le message gagne en efficacité.

Jack Dorsey, créateur de Twitter et son nouveau dirigeant, a essayé de rassurer les utilisateurs du réseau social en expliquant que l’esprit resterait le même:

«[La contrainte de 140 caractères maximum] est devenue une belle contrainte, et je l’adore! Elle inspire la créativité et la brièveté. Et un sens de la rapidité. Nous ne perdrons jamais ce sentiment.»

Entre 71 et 100 caractères 

Pour susciter le plus de retweets, un message devrait compter entre 71 et 100 caractères

Au-delà du ressenti de certains utilisateurs, les chiffres montrent que 140 caractères c’est déjà trop. Qu’est-ce qui fait qu’un tweet donne à ses lecteurs l’envie d’interagir? L’engagement étant le Graal de tout community manager, les études se multiplient pour trouver le tweet parfait, le plus efficace. Résultat: celui qui retient l’attention de ses lecteur est court.

Idéalement, un tweet devrait faire autour de 100 caractères, selon une étude Buddy Media datée de 2013. Cette dernière avance un chiffre: les tweets de moins de 100 caractères ont un engagement suppérieur de 17% comparé à ceux d’entre 100 et 140 caractères. Pour susciter le plus de retweets, un message devrait compter entre 71 et 100 caractères, avance par ailleurs une étude Track Social de 2012. De son côté, Hootsuite, fournisseur de produits techniques liés à Twitter, conseille au professionnels de contruire des tweets de 90 à 100 caractères maximum.

Les tweets les plus partagés de tous les temps sont le selfie d’Ellen de Generes aux Oscars (58 signes espaces compris), un message d’un One Direction à un autre de 57 signes espaces compris et le mythique «Four more years» de Barack Obama enlaçant son épouse. En 2015, le tweet le plus partagé n’avait tout simplement aucun texte:

Soyons réalistes: nous ne sommes pas tous Marcel Proust et tout ceci risque d’aboutir à d’interminables logorrhées lues de personne

 

Twitter peut-il devenir chiant?

Le passage à des tweets de 10.000 signes n’a pas de sens. Imagions ce que peut devenir Twitter: une suite de communiqués de presse d’entreprises, de déclarations solennelles d’hommes et femmes politiques et des posts de blogs. Les plaisanteries les plus courtes étant les meilleures, Twitter peut-il devenir ennuyeux? Faire long ne veut pas dire écrire bien et la densité du propos risque fort de ne pas toujours être au rendez-vous.

Soyons réalistes: nous ne sommes pas tous Marcel Proust et tout ceci risque d’aboutir à d’interminables logorrhées lues de personne. Si Bernard Pivot s’est délicieusement adapté au format des 140 signes, avez-vous réellement envie de lire Afida Turner sur 10.000 lettres capitales? Enfin, c’est l’art du tweetclash qui pourrait s’en retrouver modifié. Comment sortir le popcorn si chaque réplique fait 500, 1.000 ou 5.000 signes?

Twitter se cherche encore

S’inquiéter de cette évolution, qui modifie en profondeur le service proposé, n’est pas forcément une attitude réactionnaire. Twitter doit évoluer mais sans se renier. C’est comme si Snapchat arrêtait de faire dans l’éphémère ou que Facebook abandonnait le mur déroulant.

La tentation de devenir un hébergeur de contenus et de ne plus seulement être une passerelle de diffusion est évidemment compréhensible (notamment financièrement) mais Twitter doit pouvoir trouver sa place autrement.

Ce n’est pas en copiant Facebook que Twitter trouvera son modèle. Qui préfère la copie à l’original? De nombreuses possibilités s’ouvrent à Twitter: développer les interactions avec Vine, Periscope et les nombreux autres produits rachetés; développer les formats: gifs, vidéos, sondages et pourquoi pas des outils pour faire des graphiques, des dessins… Twitter pourrait se développer sur la messagerie d’entreprise, avant que Slack n’emporte le marché et que Hangout ne se réinvente.  

La monétisation du réseau devient pressante et l’entrée en bourse de Twitter en 2013 n’aide en rien. D’ailleurs, l’annonce de faire évoluer la longueur des tweets de 140 à 10.000 caractères a été accueillie par Wall Street comme un «geste désespéré».

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte