Économie / Monde

Une société qui ne payait pas les pauses pipi de ses employés leur doit 1,75 million de dollars

Temps de lecture : 2 min

D'après le ministère du Travail, les salariés étaient payés du coup en dessous du salaire minimum légal.

Les toilettes au fond à droite | Giacomo Carena via Flickr CC License by
Les toilettes au fond à droite | Giacomo Carena via Flickr CC License by

Dans l'entreprise American Future Systems, tout employé qui prenait une pause –y compris pour aller aux toilettes– devait la déduire de son temps de travail rémunéré. Cette société américaine spécialisée dans la publication de newsletters sur le monde de l'entreprise vient d'être condamnée à payer 1,75 million de dollars à 6.000 de ses employés, rapporte Fusion.

Un avocat pour le ministère américain du Travail, qui est à l'origine du procès, a déclaré au Philadelphia Inquirer:

«Aucun employé ne devrait avoir à choisir entre aller aux toilettes et être payé.»

La pause n'est pas obligatoire

La loi américaine n'oblige pas les entreprises à offrir des pauses courtes à leurs employés, mais si une société donne la possibilité de faire une pause, comme c'était le cas chez American Future Systems, alors celle-ci doit être rémunérée. Selon le ministère du Travail, comme les pauses n'étaient pas payées, les employés gagnaient en fait moins que le salaire minimum horaire, ce qui est illégal.

Un juge fédéral a donné à l'entreprise jusqu'à jeudi pour mettre en place un plan de paiement à ses anciens employés, dont la plupart travaillaient dans le télémarketing.

Newsletters

Le gaspillage alimentaire mondial serait deux fois plus important qu'on ne le pense

Le gaspillage alimentaire mondial serait deux fois plus important qu'on ne le pense

Une récente étude néerlandaise montre qu'une partie des chiffres communément utilisés sont sous-estimés.

Pourquoi le loto rend-il accro?

Pourquoi le loto rend-il accro?

Les systèmes aléatoires rendent fou.

Les malheurs du vapotage font le bonheur du marché du tabac

Les malheurs du vapotage font le bonheur du marché du tabac

L’avenir est bel et bien dans la cigarette, selon Wall Street.

Newsletters