Le smartphone au lit est notre meilleur ennemi

Le smartphone au lit est dangereux sur le plan physique et relationnel | m01229 via Flickr CC License by Flickr

Le smartphone au lit est dangereux sur le plan physique et relationnel | m01229 via Flickr CC License by Flickr

Après une longue journée de travail devant un écran d'ordinateur, il n’est pas bon de se relaxer devant son smartphone.

«Encore une petite demi-heure, juste le temps de vérifier Instagram et Snapchat. Et de regarder une vidéo sur YouTube.» La plupart des jeunes d’aujourd’hui se reconnaissent dans cette phrase. Trop souvent, les personnes qui utilisent leur portable dans leur lit s’endorment avec l’appareil dans leur main. Une pratique qui pourrait être de plus en plus courante, vu l’usage généralisé du téléphone portable (l’OMS estimait en octobre 2014 à 6,9 milliards le nombre des abonnés dans le monde).

Le site Hopes and Fear a entrepris d’interroger sur le sujet plusieurs experts travaillant dans des domaines de recherche variés. Et leurs réponses donnent envie de poser illico son smartphone sur la table de nuit.

1.Sommeil perturbé

Selon Lauren Hale, professeure adjointe de médecine préventive à l’Université de Stony Brook, les écrans peuvent perturber trois mécanismes basiques du sommeil. Premièrement, le temps que l’on passe devant un écran est du temps enlevé au sommeil. Ensuite, le contenu (social, émotionnel ou violent) que l’utilisateur consulte soumet le cerveau à une stimulation psychologique nocive avant le sommeil.

Enfin, la lumière bleue qui émane des écrans LED ou LCD est particulièrement nocive. Brian Zoltowski, professeur assistant au département de chimie de la Southern Methodist University, explique que la lumière bleue est un signal qui nous permet de comprendre quand commence le jour. En se surexposant à cette lumière avant de dormir, l’utilisateur indique à son corps qu’il doit se réveiller. Ce phénomène affecte notre horloge interne. Il peut mener, signale l’OMS, à une augmentation du risque de développer un diabète, un cancer et des problèmes dépressifs et cardiaques.

2.Mémoire affectée

La nuit, le cerveau est presque aussi actif que le jour. Il traverse trois processus qui permettent de «faire le tri» dans nos idées. C’est ce qu’explique Larry D. Rosen, psychologue et chercheur à la California State University. La «consolidation» permet au cerveau de s’exercer à ce qu’il a assimilé au cours de la journée et qu’il considère comme important (les éléments qui sont jugés superflus sont, eux, éliminés). Enfin, le cerveau est irrigué et donc nettoyé par le liquide rachidien s’écoulant par la colonne dorsale, qui s’ouvre légèrement au cours de la nuit. Lorsque le sommeil n’est pas dérangé, ces étapes sont synchronisées. «La plupart d’entre nous ne dorment pas assez, estime Larry D. Rosen. Cela signifie que l’un de ces processus n’a pas lieu. On ne s’en rend pas compte, car nous sommes tous affectés. Mais cela touche notre mémoire et notre développement. Et à peu près tout le reste.»

3.Fertilité exposée

Une équipe de chercheurs menée par Fiona Matthews à l’université d’Exeter, en Angleterre, s’est penchée sur la question de l’infertilité. 1.492 hommes ont été exposés aux radiations électromagnétiques des smartphones. La mobilité de leur sperme a été réduite de 8% et la viabilité de 9%.

4.Oreiller enflammé

Si malgré ça vous n’arrivez pas à vous détacher de votre téléphone durant vos quelques heures de sommeil, ne le placez pas sous votre oreiller. Les coussins sont fabriqués à partir de composants facilement inflammable. Un téléphone laissé en charge toute la nuit risque de créer une surcharge, nous apprend le site Vivere Più Sani. Placé sous un matériau combustible, il risque de s’enflammer. Plusieurs personnes ont souffert de brûlures aux mains ou au visage. Et comme le précise pour Hopes & Fears Chad Ruoff, professeur assistant en psychiatrie et sciences du comportement, la chambre à coucher est réservée au sommeil et aux relations intimes. Il est temps de lâcher prise.

Partager cet article