Monde

Donald Trump dénonce l’immigration mexicaine... avec une vidéo de la frontière marocaine

Temps de lecture : 2 min

Dans une vidéo de campagne, Trump donne l’impression que la frontière entre les États-Unis et le Mexique est une passoire. Mais les images ont été tournées entre le Maroc et l’Espagne.

Images de la soi-disant frontière mexico-américaine dans le clip de campagne de Trump.
Images de la soi-disant frontière mexico-américaine dans le clip de campagne de Trump.

En 2015, Donald Trump a fait tellement de déclarations fausses que l’organisation de vérification des faits PolitiFact lui a décerné la médaille du menteur de l’année. Alors que 2016 vient juste de commencer, le candidat républicain continue sur sa lancée: sa première publicité télévisée de campagne contient toute une série d’inexactitudes, dont un problème d’iconographie.

Alors qu’une voix off annonce que Trump «va stopper l’immigration illégale en construisant un mur» le long de la frontière avec le Mexique, on voit une vidéo d’une cinquantaine de migrants, filmés de loin, qui semblent traverser une frontière en courant.

Cet afflux ininterrompu donne l’impression que la frontière est une véritable passoire, que les sans-papiers mexicains sont en train d’envahir les États-Unis. Sauf que ces images censées indigner les téléspectateurs américains n’ont pas été tournées à la bonne frontière: il s’agit en fait de la démarcation entre le Maroc et l’enclave espagnole de Melilla.

Menace

Les chercheurs de PolitiFact ont trouvé que l’extrait en question avait été pris sur le site vidéo du journal italien La Repubblica sauf que, dans la pub de Trump, leur logo avait été effacé. À l’origine, les images avaient été diffusées par le ministère de l’Intérieur espagnol en mai 2014, lorsque des centaines de migrants avaient tenté de traverser la frontière.

Après la publication de PolitiFact, la réaction de la campagne de Trump a été de dire que tout cela était «intentionnel» et qu’il s’agissait simplement d’illustrer la menace de l’immigration clandestine. «Les médias partiaux ne comprennent pas mais les Américains qui veulent protéger leurs emplois et leurs familles comprennent», précise la déclaration officielle.

L’autre problème de ce court passage sur l’immigration, c’est que la voix off de la pub explique que Trump va empêcher l’arrivée des immigrants en construisant un mur et que c’est le Mexique qui paiera pour la construction de ce mur. Sauf qu’en août 2015 un porte-parole du gouvernement mexicain avait précisé que, non, le Mexique ne financerait pas l’édification de ce mur. «Bien sûr que c’est faux, avait-il dit, cela reflète une grande ignorance de ce que représente le Mexique, ainsi que l’irresponsabilité du candidat qui fait ces déclarations.»

Slate.fr

Newsletters

En Catalogne, la condamnation des indépendantistes ravive la tension

En Catalogne, la condamnation des indépendantistes ravive la tension

La sentence qui est tombée sur ces personnalités à la suite de la tentative de sécession de 2017 promet d'hystériser les débats de la campagne pour les élections générales du 10 novembre.

À Londres, les mamans d'Extinction Rebellion en première ligne

À Londres, les mamans d'Extinction Rebellion en première ligne

Depuis le 7 octobre, le mouvement a lancé deux semaines de «rébellion internationale» pour pousser le gouvernement britannique à agir face à la crise écologique.

Yasuke, le mystérieux samouraï africain

Yasuke, le mystérieux samouraï africain

En 1579, des Japonais se ruent pour voir cet Africain débarquer à Kyoto. Ils n'imaginent pas qu'il deviendra le premier samouraï noir.

Newsletters