Monde

Il y a peut-être un nouveau «Jihadi John» chez Daech

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 05.01.2016 à 16 h 21

Repéré sur Slate.com, The Guardian, BBC

Sur une nouvelle vidéo publiée par les forces de l’État islamique, un djihadiste parle avec un accent britannique très prononcé et qui rappelle celui du bourreau «Jihadi John».

Image extraite d'une vidéo de propagande de Daech mise en ligne le 3 janvier 2016.

Image extraite d'une vidéo de propagande de Daech mise en ligne le 3 janvier 2016.

Le 5 décembre, de nouveaux détails relayés par le site Mashable laissent croire que ce «nouveau Jihadi John» s'appelle Abu Rumaysah, un britannique qui a notamment géré une affaire de location de châteaux gonflables. Figure radicale bien connue à Londres, il a été arrêté par le passé pour apologie du terrorisme avant de disparaître en 2014 pour fuir en Syrie.  

En 2014 et 2015, beaucoup d’histoires ont circulé autour de «Jihadi John», bourreau de Daech que l’on a vu sur de nombreuses vidéos en train de décapiter différents otages occidentaux. L’armée américaine avait annoncé en novembre 2015 qu’il s’agissait d’un ressortissant anglais du nom de Mohammed Emwazi. L’homme, né au Koweït en 1988, était arrivé Outre-Manche en 1993 où il avait acquis la nationalité anglaise et suivi des études à l’université de Westminster avant de se radicaliser et de partir en Syrie pour faire le djihad. Il y avait acquis sa réputation de tueur sanguinaire en exécutant les Américains James Foley, Steven Sotloff et Peter Kassig, ainsi que les Britanniques David Haines et Alan Henning.

Mais malgré son masque sur les vidéos, les forces armées occidentales avaient réussi à l’identifier grâce à son accent britannique très prononcé et à le tuer lors d’un raid mi-novembre.

«Oh esclave de la Maison Blanche, oh mule des Juifs»

Aujourd’hui, un autre homme pourrait être identifié par les mêmes moyens. Slate.com rapporte qu’une nouvelle vidéo de dix minutes, au style semblable à celles de Jihadi John, montre l’armée de Daech en train de revendiquer l’exécution de cinq espions britanniques. On aperçoit également un homme à l’accent anglais très prononcé s’adresser à la caméra et à David Cameron, le Premier ministre britannique:

«Ceci est un message pour David Cameron. Oh esclave de la Maison Blanche, oh mule des Juifs. Qu’il est étrange pour nous d’entendre aujourd’hui un leader insignifiant comme toi lancer un défi à l’État islamique. Qu’il est étrange que le leader d’une petite île nous menace avec une flopée d’avions. On aurait pu croire que tu avais retenu la leçon de ton maître pathétique à Washington et sa campagne ratée contre l’État islamique.»


Après son message, note la BBC, on le voit exécuter cinq espions britanniques présumés et un jeune garçon, ayant lui aussi un accent anglais très prononcé, annoncer qu’ils allaient tuer les «kafir», les «non-croyants». Il s’agit d’ores et déjà pour le correspondant de la BBC au Moyen-Orient Alan Johnston d’une «sorte de remplacement de Jihadi John»: «Ce militant devient le nouveau visage masqué de l’État islamique, du moins pour les téléspectateurs britanniques», écrit le journaliste. Le Guardian conclut, de son côté, en évoquant les difficultés à venir pour les autorités anglaises: «les enquêteurs britanniques vont devoir se reposer sur les analyses vocales pour essayer d’établir son identité et surveiller l’activité sur Twitter et les autres réseaux sociaux et communications électroniques pour voir s’il y a des indices».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte