Les rhinocéros pourraient disparaître au cours des dix prochaines années

ONTARIO-00474 - White Rhinoceros | Dennis Jarvis via Flickr CC License by

ONTARIO-00474 - White Rhinoceros | Dennis Jarvis via Flickr CC License by

Les animaux sont tués pour leurs cornes, et leurs soi-disant propriétés miraculeuses.

On savait que certaines espèces de rhinocéros —comme le rhinocéros blanc du Nord ou le rhinocéros de Sumatra— étaient menacées d'extinction. Le problème semble être encore plus large, rapporte la BBC, puisque d'ici dix ans, les rhinocéros pourraient avoir disparu.

 

La journaliste Nomsa Maseko explique qu'année après année, le nombre de rhinocéros braconnés bat des records. En Afrique du Sud, où réside 70% de la population mondiale de ces animaux, plus de 1.200 rhinocéros ont été tués en 2014. Deux tiers l'avaient été dans le parc national Kruger où la plupart vivent. Les chiffres pour 2015 ne sont pas encore disponibles mais les autorités craignent une nouvelle augmentation.

Le média britannique explique que ces animaux «sont massacrés en raison de leurs cornes, utilisés en médecine traditionnelle asiatique». Comme le racontait L'Express en juillet dernier, «une fois réduite en poudre, elles feraient baisser la fièvre, reculer le cancer, stopper les saignements de nez et remonter la libido.» Ce mythe deux fois millénaire «a coûté la vie aux derniers rhinocéros vietnamiens».

En Afrique du Sud, un homme a ainsi perdu six de ses animaux en l'espace de trois ans. Il décrit des scènes cauchemardesques:

«Ils sont mutilés, massacrés. Je ne pense pas qu'on puisse le décrire. Ils détruisent leur visage. Souvent les rhinocéros ne sont même pas tués avant que cela ne se produise. Ça nous brise le cœur à chaque fois.»

Les cornes valent plus que l'animal. «Elles valent également plus qu'une once d'or.» Un rapport de la WWF et de Dalberg, qui date de 2012, avançait le chiffre de 60.000 dollars le kilogramme de poudre de corne de rhinocéros.

Quelques actions sont bien lancées, mais pour endiguer ce phénomène, il y a bien des actions à long terme qui sont lancées, mais il n'y a pas de solution miracle, souligne Julian Rademeyer qui a enquêté sur ce commerce illégal, et qui craint que «le seul endroit où nos enfants pourront voir des rhinocéros sera le zoo». 

Reste que les pays où vivent ces animaux prennent des actions de plus en plus fermes face aux braconniers. Il y a deux semaines, fin décembre, l'AFP indiquait qu'un «tribunal du sud-ouest de la Tanzanie a condamné à 20 ans de prison quatre Chinois arrêtés début novembre en possession de onze cornes de rhinocéros alors qu'ils venaient d'entrer en Tanzanie en provenance du Malawi».

Partager cet article