En 2016, ne prenez pas un (nouvel) abonnement à la salle de sport

Hardcore Stormies Hit The Gym | W_Minshull via Flickr CC License by

Hardcore Stormies Hit The Gym | W_Minshull via Flickr CC License by

«Ce n'est pas pratique, c'est barbant, c'est plein d'interactions gênantes.»

Après avoir récupéré de votre réveillon, vous vous êtes peut-être réveillé en vous disant qu'il était temps d'appliquer vos résolutions pour 2016. Et parmi celles-ci se trouve peut-être celle de faire plus d'exercice physique, et de (re)prendre un abonnement à la salle de sport. Mauvaise idée selon Quartz.

Après avoir passé du temps dans des salles de sport à Jerusalem, New York, San Francisco et Philadelphie, Deena Shanker explique avoir pris un nouvel abonnement le mois suivant ses fiançailles. «Toutes ces expériences m'ont amené à penser que la salle de sport est le pire endroit pour faire du sport», écrit-elle.

Elle évoque les coûts auxquels on ne pense pas toujours et cette motivation qui s'évapore au fil des semaines. Résultat, elle est devenue la cliente préférée de ces salles: celle qui ne vient jamais.

Comme le racontait l'émission «Planet Money» de NPR, il y a quelques semaines, «alors que dans n'importe quel autre commerce, une salle vide représente un échec, dans les salles de sport, c'est un succès».

«Les salles de sport ont besoin que leurs membres ne viennent pas, mais ils ne peuvent pas les empêcher de rentrer. Ils ne peuvent pas leur dire de ne pas venir. Ils doivent donc jouer avec votre esprit pour que vous soyez assez motivé pour prendre un abonnement, mais pas assez pour que vous vous leviez une heure plus tôt et fassiez des abdos avant d'aller au travail.»

En 2010, Men's Journal affirmait que ces salles ont besoin de dix fois plus de clients que leur capacité réelle pour être rentable. «Planet Money» explique que les salles ont donc besoin d'attirer de nouveaux clients en transformant les lieux et les rendant plus attirants pour ceux qui ne sont pas forcément fans d'exercice. Ensuite, peu importe s'ils viennent vraiment, puisqu'ils vont payer leur abonnement. 

Et contrairement aux autres, cet abonnement, on ne le déteste pas tant que ça parce que l'on est persuadé qu'il va nous forcer à changer. Jusqu'à ce qu'on décide que l'appel du canapé est plus fort que celui des tapis de course et que l'on culpabilise, comme Deena Shanker, la journaliste de Quartz:

«Mais il est peut-être temps d'être honnête et d'accepter que l'on déteste ça. Ce n'est pas pratique, c'est barbant, c'est plein d'interactions gênantes [...] et prendre un abonnement va probablement plus vous faire culpabiliser parce que vous ne l'utiliserez pas, que vous faire changer de comportement.»

Elle a donc décidé de faire du sport autrement. Elle explique faire des exercices de yoga devant des tutos sur YouTube, et va courir.

«Vous pouvez aussi prendre un nombre limité de cours, ce qui mélange les joies de l'exercice, sans le besoin de s'engager et sans payer autant d'argent. Et si rien ne marche, revenez au naturel: faites une randonnée dans les bois, nagez dans un lac, prenez les escaliers. Soyez aussi aventureux ou cohérent que vous le voulez —c'est votre séance d'exercices. Cela n'a pas à vous rendre malheureux. Mais selon mon expérience, ce sera le cas de la salle de sport.»

Partager cet article