Partager cet article

Les impressionnantes images du photographe suspendu dans le vide pendant l'incendie de Dubaï

Image extraite de la vidéo postée sur Facebook par Dennis Borja Mallari.

Image extraite de la vidéo postée sur Facebook par Dennis Borja Mallari.

«Les quarante dernières minutes avant le début de l'année 2016 resteront éternellement gravées dans la mémoire du photojournaliste philippin Dennis Borja Mallari», écrit le Khaleej Times, un quotidien anglophone de Dubaï. Pour cause: ce dernier a survécu à l'incendie qui a ravagé The Address Downtown, un gratte-ciel de 63 étages, en restant suspendu dans le vide à une corde accrochée au 48e étage pendant au moins une demi-heure. Il se trouvait avec un collègue sur un balcon en train de prendre des photos du feu d'artifice du Nouvel An quand le feu, qui a fait seize blessés dont quatorze légers, a éclaté, le piégeant tandis que son ami réussissait à sortir, a-t-il expliqué à l'AFP:

«J'ai vu une corde à forte résistance. [...] J'en ai déroulé environ 30 mètres, je l'ai fixée à ma ceinture et à mon équipement photo et je suis descendu du balcon. [...] Je ne savais pas ce qui se passait plus bas. J'avais peur de m'évanouir à cause de la fumée. [...] Le feu était très près de moi.»

Il a alors posté un message d'appel à l'aide sur Facebook.


Vivant à Dubaï depuis dix ans, le photographe a aussi témoigné auprès du Manila Bulletin, son ancien employeur:

«Je pensais que c'était la fin, j'ai juste continué à prier. [...] J'étais en train de prendre des photos quand l'autre photographe a dit qu'il y avait un incendie. Avant que je puisse rassembler mes affaires pour partir, une épaisse fumée noire avait envahi la pièce en quelques secondes et je n'avais d'autre choix que de retourner sur le balcon. [...] Mon téléphone mobile m'a sauvé. J'ai appelé la police et je les ai informé que j'étais coincé dans un des étages supérieurs. C'était les 30 ou 40 minutes les plus longues de ma vie, cela m'a paru une éternité.»

Pendant qu'il était suspendu, Dennis Borja Mallari a filmé les bâtiments alentours afin d'occuper son esprit et de rester calme, a-t-il expliqué à CNN: «J'ai vu des débris tomber du bâtiment.» Il a posté sur Facebook une impressionnante vidéo le montrant au-dessus du vide, légendée «Merci à ma ceinture, au câble, à la défense civile, à mes amis et à Dieu».

 

Salamat sa belt, cable wire, sa civil defense, mga kaibigan at sa Dios.

Posted by Dennis Borja Mallari on Friday, January 1, 2016

Ainsi qu'une vidéo montrant son sauvetage par les pompiers.


L'épouse du photographe, Charlene, a elle aussi témoigné auprès du Khaleej Times avant que l'opération de secours ne débute:

«Il m'a appelé alors qu'il était coincé sur le balcon et m'a dit qu'il allait fabriquer une corde avec des draps et essayer de sortir de là. J'étais si inquiète pour lui. Il a dit qu'il y avait énormément de fumée et qu'il était coincé là depuis un bon moment.»

On conclura avec les vœux de Nouvel An de Dennis Borja Mallari: «Merci à Dieu, bienvenue 2016.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte