Partager cet article

Contre Google, Disney et McDonald’s, l’Europe rêvée de Margrethe Vestager

Margrethe Vestager dans son bureau à Bruxelles I REUTERS/Francois Lenoir

Margrethe Vestager dans son bureau à Bruxelles I REUTERS/Francois Lenoir

L’ancienne ministre de l’Économie du Danemark, Margrethe Vestager, est la nouvelle commissaire européenne chargée de la concurrence. Celle qui a inspiré la série «Borgen» s’attaque désormais aux géants du net américains. Courageuse, la patronne de l’antitrust à Bruxelles peut-elle ré-enchanter l’Europe? Portrait d’une femme qui pourrait bien devenir la révélation politique de l’année 2016.

Bruxelles

Lorsqu’on parle de Margrethe Vestager, le mot «fer» revient souvent. La «dame de fer» engage un «bras de fer» contre les géants du net américains. Pour 2016, la commissaire à la concurrence serait même le «fer de lance» de la nouvelle Europe. Celle qui, selon la presse, aurait une «discipline de fer», est prête à «croiser le fer» avec Google, Apple, Starbucks ou McDonald's. Filons la métaphore jusqu’au bout: Vestager pourrait être décrite comme «une main de fer dans un gant de velours».

Car lorsqu’on rencontre à Bruxelles, au 10e étage du Parlement Européen, l’ancienne ministre de l’Économie puis de l’Intérieur du Danemark, la douceur de la dame surprend. On s’attendait à une techno terne; c’est une femme vive et «colorful». On la croyait distante et froide; elle aime les œuvres d’art et s’entoure –sentimentale– des photos de ses proches, y compris de Carlo, son chien. On la disait pragmatique à l’excès; elle rêve aux beaux papillons multicolores en papier, collés sur les murs de son bureau.

Dans sa voix, bien qu’elle parle avec prudence, pas d’arrogance, ni d’intimidation. Au contraire: beaucoup d’empathie. Elle est le pot de terre, davantage que le pot de fer.

Vestager a déclaré la guerre aux Gafa

«Lorsque vous venez ici, à la Commission européenne, c’est très important que vous rencontriez “quelqu’un”», me dit Vestager. Bien consciente de la nature impersonnelle et «techno» de la Commission européenne, elle surjoue la personnalisation. «Lorsque vous venez me voir, vous n’avez pas rendez-vous avec une autorité, un job, ou une compétence, mais avec une personne, un être humain en chair et en os. Tout est personnel.» Voilà pourquoi elle a décoré son bureau avec les objets qu’elle aime. «Tout me plaît ici. C’est moi. Ce sont mes objets. Mais l’une des choses que je préfère, c’est ce tableau: “Love color, Revolution color by the People”.» 

Et la commissaire européenne chargée de la concurrence me montre cette immense œuvre d’art colorée faite à partir du drapeau européen et qu’elle a mis en couverture de son compte Twitter. C’est une sorte de happening, symbole de diversité et de créativité. «Unie dans la diversité» n’est-elle pas la devise de l’Union?

Mon job, c’est de faire en sorte que chacun ait les meilleures opportunités. De permettre à chacun de poursuivre ses rêves

Juste à côté, elle me décrit maintenant un autre drapeau européen, qui trône dans son bureau: celui-ci est composé de «tous les drapeaux des états membres», mêlés dans un arc en ciel de toutes les couleurs. C’est un beau patchwork. «Cela m’aide à toujours me souvenir que nous sommes ici au service des gens, de tous les Européens», résume Vestager.

Même pas peur, Vestager! Peu après qu’on lui ait attribué ce maroquin de l’antitrust, elle a déterré la hache de guerre contre les Gafa, comme on appelle Google, Apple, Facebook et Amazon. Elle sait que la bataille va être féroce mais elle a un côté d’Artagnan qui en impose. À presque 48 ans, la commissaire européenne ne prend pas de gants. Elle n’a peur de rien. Avec son 1,85 mètre, ses cheveux courts poivre et sel, son anglais parfait, elle ressemble à ce petit chat qui, se regardant dans un miroir, aperçoit l’image d’un lion. Miroir déformant: de l’autre côté de l’Atlantique, dans les états-majors des Gafa, tétanisés par la bête, on la décrit comme un félin féroce; mais ici, à Bruxelles, en entretien, c’est plutôt le petit chat domestiqué que je vois.

Vestager est la fille d’un couple de pasteurs de l’église luthérienne danoise. Elle en a gardé une espèce de combativité, qui a quelque chose d’une foi. Et une discipline. Laquelle s’applique autant à sa vie publique qu’à sa vie privée. Elle n’a pas l’intention de sacrifier cette dernière pour réussir dans son métier. Elle aime la cuisine et le vélo; pas les sports de combat. Elle se soucie surtout de sa vie de famille. Ses trois filles sont au centre de sa vie. Quant à son mari, Thomas Jensen, un professeur de mathématiques, il l’a accompagné à Bruxelles en lui fixant une condition: qu’il puisse continuer à écrire ses livres pour enfants.  

«Antitrust czar»

Lorsqu’on demande à Margrethe Vestager quel est son métier, la commissaire européenne répond sans tergiverser: «Mon job, c’est de faire en sorte que chacun ait les meilleures opportunités. Une juste chance. De permettre à chacun de poursuivre ses rêves.» Elle répète ces mots: «fair», «fairness» –et c’est devenu sa marque de fabrique. Elle ne lutte pas contre les Américains, moins encore contre l’économie de marché ou le capitalisme. Elle se bat seulement contre les monopoles et les abus de position dominante, afin d’assurer une «juste» concurrence.

Dans la bataille qu’elle a engagée, Vestager sait qu’elle doit jouer serré. Elle a vite compris qu’elle n’aurait pas que des alliés en Europe; en même temps, elle a très vite deviné qu’elle pourrait s’appuyer sur une alliance d’idées avec les régulateurs américains. C’est le paradoxe de la situation.

Partout, les gouvernements veulent revoir les règles fiscales pour obliger les géants d’internet à payer leurs impôts sur place

En effet, lorsque j’ai interrogé, à Washington, des responsables de la Federal Communications Commission (le régulateur américain des télécoms et des médias), de la Federal Trade Commission (une sorte d’autorité de la concurrence), mais aussi de la division antitrust du ministère de la Justice, je me suis aperçu que ces agences, qui sont restées rooseveltiennes dans leur esprit, reconnaissaient, en off, que les Européens devaient se montrer plus fermes contre les Gafa pour faciliter leur propres batailles à domicile. Il y a donc une alliance objective entre le combat que mène Margrethe Vestager en Europe et celui de ses homologues aux États-Unis. 

Car les Américains sont les premières victimes des monopoles qu’ils ont engendrés. Lorsque Google, Apple, Facebook ou Amazon font de l’«optimisation fiscale» en implantant leurs sièges dans des paradis fiscaux, les îles Vierges, les îles Caïmans ou les Bermudes par exemple, pour échapper à une partie des impôts en Europe, ils ne payent pas non plus de taxes aux États-Unis. Ce qui n’a échappé ni au fisc américain, le célèbre Internal Revenue Service, ni au Congrès.

En 2013, une commission d’enquête commune au Sénat et à la Chambre des représentants a constaté qu’Apple, par exemple, avait réussi à échapper à 74 milliards de dollars d’impôts, au minimum, entre 2009 et 2012. En fixant le siège social de ses opérations internationales en Irlande, Apple a réussi à n’être fiscalisé ni en Europe, ni aux États-Unis, où une entreprise de cette taille paye en moyenne 35 % d’impôts sur les bénéfices. Ce constat a suscité la colère des parlementaires qui ont été «outrés», selon leur mot, par cette évasion fiscale caractérisée.

Le combat de Margrethe Vestager dépasse donc, et de loin, la seule question des régulations européennes –et c’est ce qui le rend si important. Tout le monde devine en effet que les décisions prises par Bruxelles auront un impact aux États-Unis et probablement même dans le reste du monde tant il est vrai que, partout, les gouvernements veulent revoir les règles fiscales pour obliger les géants d’internet à payer leurs impôts sur place. D’ou la férocité de la bataille qui se joue actuellement à Bruxelles. Avec, au centre du jeu, celle qu’on appelle désormais l’«antitrust czar».

«Je suis du centre»

Combien faut-il de concurrents sur un marché donné, pour que la concurrence soit juste? À cette question Vestager refuse de répondre: «Ce n’est pas un problème de nombre», insiste-t-elle. Mais lorsqu’il a été d’actualité que deux des quatre compagnies danoises de télécommunications mobiles se rapprochent, la commissaire européenne a empêché la fusion. Comme la gauche américaine, Vestager croirait-elle qu’une bonne concurrence se fasse avec quatre opérateurs –au lieu de trois? Le démocrate Reed Hundt, qui a dirigé la Federal Communications Commission sous Bill Clinton, m’a expliqué à Washington: «Vous savez quelle est la différence entre une politique de communication républicaine et une politique de communication démocrate? Pour un républicain, la juste concurrence c’est le monopole, le duopole, ou au pire trois entreprises en compétition dans un même secteur donné. Pour un démocrate, c’est quatre.»

Une des plus grandes illusions est de croire que l’économie de marché fonctionne parfaitement par elle-même

Vestager démocrate? De gauche? Certains l’ont pensé. Lorsqu’on l’interroge, la commissaire répond sans faux semblants. «Je suis du centre.» Elle a en effet présidé le parti social libéral danois. Et si on insiste, prétextant que le centre n’existe guère, elle répond: «Pour moi, ça existe.» Plus fondamentalement, elle veut se situer au carrefour de la «politique» (au sens partisan du mot) et des «politiques publiques» et joue avec les deux termes, en anglais: «policy» et «politics». Ce qui n’empêche pas les engagements: sur la question des caricatures de Mahomet, parues initialement dans le journal danois Jyllands-Posten, Vestager a pris une position peu «centriste» en choisissant de défendre le droit au blasphème. 

Le numérique européen? Combien de divisions?

Si son positionnement politique est modéré; sa politique économique l’est aussi. Le marché peut-il se réguler par lui-même, comme le pensent les tenants du libéralisme doctrinaire, qui font confiance à la «main invisible» du marché, si chère à Adam Smith? «Ce qu’il faut faire: mettre un gant sur la main invisible, commente Vestager, habile. Une des plus grandes illusions est de croire que l’économie de marché fonctionne parfaitement par elle-même. Qu’elle serait rationnelle et que nous aurions toutes les informations à notre disposition.»

Alors, la commissaire européenne s’efforce de mettre de l’ordre dans ce marché utopique, de donner une loi à ce qu’elle appelle fréquemment une «jungle», pour ne pas subir, justement, «la loi de la jungle». Ni dirigiste, ni libérale, elle rejette les économies trop libres comme les économies trop contrôlées. Vestager est dans «l’entre-deux», c’est à dire pour la régulation. Rooseveltienne? Elle voudrait être un Roosevelt européen, mais, lorsqu’on lui suggère la comparaison, elle ne prononce pas le nom.

En revanche, on sent monter en elle une fibre patriotique européenne, lorsqu’on avance une liste de start-ups qui ont été créées et ont grossi en Europe avant d’être rachetées par les Américains, comme Meetic, Skype ou Nokia, ou par les Japonais, telles Price Minister, Supercell, Play.com et même le robot Nao. On devine qu’elle aimerait protéger nos «pépites», qu’elle rêve, comme la chancelière allemande Angela Merkel, d’un véritable numérique européen, mais que la politique industrielle, à laquelle sa politique de la concurrence devrait s’adosser, fait d’autant plus défaut qu’elle ne dépend pas d’elle. Le numérique européen? «Combien de divisions», semble-t-elle s’interroger.

De nombreuses batailles en cours

Au-delà des intentions et de la philosophie d’ensemble, Vestager sait que la complexité technique des dossiers impose la prudence. Certains dépendent seulement d’elles; d’autres, comme la question de la vie privée, la régulation du cloud, la constitution d’un grand marché unique numérique (notamment la levée des barrières au e-commerce dites de «geo-blocking»), la fin du «roaming» ou la lutte contre l’optimisation fiscale, sont des matières transversales au sein de l’UE. Elle doit alors composer avec d’autres, au sein même de la Commission.

La commissaire ne veut pas se prononcer sur le fond, mais on sait que Google risque une amende pouvant atteindre jusqu’à 10% de son chiffre d’affaire

Le plus emblématique des dossiers qu’elle est en train de traiter est le soupçon d’abus de position dominante contre Google sur la recherche en ligne, où, selon une trentaine de plaignants, le géant de la Silicon Valley favoriserait ses propres services comparatifs, en reléguant ses concurrents loin derrière dans les résultats de recherche. Le dossier, connu sous le nom de «shopping case», est en cours de procédure. La commissaire ne veut pas se prononcer sur le fond, mais on sait que Google risque une amende pouvant atteindre jusqu’à 10% de son chiffre d’affaires (soit plus de 6 milliards d’euros).

Ce n’est pas tout. La commissaire chargée de la concurrence a aussi dans le collimateur Android, le système d’exploitation de Google pour les smartphones, accusé, lui aussi, de privilégier les services de Google sur ceux de ses concurrents.

Après la firme de Mountain View, la «dame de fer» n’a pas l’intention de s’arrêter là. Elle s’en est pris à Starbucks et McDonald’s (soupçonné d’avoir bénéficié d’aides fiscales, possiblement illégales, du Luxembourg). Amazon est aussi sur la sellette. Disney et les cinq autres studios Hollywoodiens sont accusés par la commissaire d’enfreindre les régulations européennes (à travers leur système de licences de droits attribuées pays par pays et le «geo-blocking» qui empêche de voir un film, que l’on a pourtant payé, lorsqu’on franchit une frontière au sein de l’UE). Apple qui abuse constamment, à travers son iCloud, l’AppStore et iTunes, de sa position dominante, est aussi observé de près.

De telles enquêtes ne visent pas seulement les Américains: le géant russe Gazprom est sous le coup d’une procédure pour sa politique de prix injuste en Europe centrale et orientale; quant à Fiat, le constructeur italien a appris à ses dépens que Vestager s’intéressait à l’évasion fiscale y compris au sein des grands groupes européens. 

L’anti-Pierre Moscovici

Sur tous ces dossiers, la commissaire doit affronter des lobbies puissants: Google, Apple, Facebook ou Amazon ont embauché à prix d’or les meilleurs lobbyistes, souvent d’anciens parlementaires européens ou de hauts fonctionnaires rompus à la technostructure bruxelloise. Ceux-ci mènent d’habiles campagnes de persuasion en jouant de la carotte et du bâton, ici en invitant à dîner et en finançant indirectement les acteurs de bonne volonté, là en menant la contestation politique et, s’il le faut, la bataille juridique avec une armée d’avocats sous contrat des plus grands cabinets d’affaires anglo-saxons. Plusieurs associations aux noms anodins, comme l’Industrie Coalition for Data Protection, la European Digital Media Association ou encore DigitalEurope, sont indirectement financées par les géants du net ou les équipementiers télécoms. Tous savent habilement jouer avec vingt-huit politiques numériques, une fragmentation européenne qui leur permet d’imposer leur agenda et leurs vues. Et ne sont pas des gentils: à quand, l’installation de micros, dissimulés derrière les papillons volants du bureau bruxellois de la commissaire européenne?

Seule contre tous, Margrethe Vestager garde son sang froid. Elle doit non seulement rester indépendante de ces lobbies, mais elle doit aussi composer avec ses collègues commissaires européens. Car le pire ennemi de la régulation se trouve souvent à Bruxelles! Sous son prédécesseur –l’espagnol Joaquin Almunia, toujours prêt au compromis avec les géants du net, au risque d’avoir été, après trois accords infructueux avec Google, dans la compromission–, le mot «régulation» était devenu un gros mot. Au sein de la nouvelle commission, Vestager incarne au contraire un volontarisme et un certain courage. Dire que cette méthode est partagée par tous serait excessif.

La commissaire européenne parle français. Elle possède une maison sur l’île d’Oléron et a suivi, à plusieurs reprises, des cours intensifs pour améliorer son français

Le nouveau président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a fait de son pays l’emblème de l’optimisation fiscale lorsqu’il était Premier ministre du Luxembourg! L’Irlande est la porte d’entrée en Europe d’une conception d’Internet libérale et débridée, preuve s’il en est que le vilain de la tragédie européenne n’est pas seulement américain: il se trouve au sein même de l’Europe à 28! Quant au Français Pierre Moscovici, le commissaire européen chargé de l’économie et des finances, il s’inscrit plutôt dans la continuité d’Almunia, un «socialiste» toujours prêt au compromis avec les Américains, un libéral qui ne dit pas son nom et dont le «laisser-faire» dur est à l’exact opposé du volontarisme «soft» de Vestager. «J’ai de très bonnes relations avec “Moscovitci”», me dit-elle toutefois, en prononçant son nom à l’italienne.

Plus indépendante, par statut, que les autres commissaires européens, Vestager sait néanmoins qu’elle fait partie d’une équipe. La solidarité gouvernementale doit primer. Elle se veut bonne joueuse. Et «fair play».  

Vestager a inspiré la série Borgen

Ambitieuse Vestager? On lui prête des rêves politiques au Danemark, voire à Bruxelles. Surtout que la commissaire européenne est connue pour avoir inspirée, à domicile, la série télévisée Borgen: elle y incarne le personnage de Birgitte Nyborg, une «centriste» qui devient la première femme Premier ministre du Danemark! Interrogée sur cette ambition, elle botte en touche: «Pour l’instant, je suis pleinement et entièrement dédiée à ma tâche.» Elle sait aussi qu’à Bruxelles, comme le dit un personnage de la série: «Personne ne t’entend crier!» Alors, pour ne pas se faire d’illusions ou, peut-être, pour ronger son frein, elle s’attache à cultiver l’image d’une femme bosseuse et détachée, moderne et classique à la fois, qui twitte avec moins de langue de bois que ses collègues (elle a 130.000 followers) et aime la culture européenne.

Récemment, la commissaire a lu Stoner de John Williams, un éloge à la puissance des livres, et Luftspejling 38 de Kjell Westö. Comme tout le monde, elle écoute en ce moment Hello, la chanson mainstream d’Adèle, mais aussi le musicien danois Lucas Graham («7 years») ou Stine Bramsen («Move forward»).  Elle aime aussi, en français, «Tout doucement» de Feist, extrait de l’album Let it die.

Car la commissaire européenne parle français. Elle possède une maison sur l’île d’Oléron et a suivi, à plusieurs reprises, des cours intensifs pour améliorer son français.

Margrethe Vestager peut-elle contribuer à ré-enchanter l’Europe? En la quittant, je me dis que si notre continent a une chance de reprendre vie et de retrouver une espérance, ce sera grâce à des figures volontaristes comme elle. Et alors que bien des commissaires européens sont déjà relégués au rang de figurants, la visibilité de Vestager atteste qu’elle a touché une corde sensible: le patriotisme économique européen.

En moins d’une année, elle est devenue l’un des poids lourds de l’équipe de Jean-Claude Juncker, allant même jusqu’à lui voler fréquemment la vedette dans les médias. En 2016, elle pourrait bien devenir une figure incontournable de la politique européenne. Et si elle est déjà entrée dans la cour des grands, elle pourrait même, pour peu qu’elle continue son chemin, réussir à écrire l’histoire. Cela suffira-t-il à redonner un sens à l’Europe? Peut-être pas. Mais ne vaut-il pas au moins prendre la peine d’essayer? C’est toute la philosophie de la nouvelle commissaire ; et pour une part son agenda. Et Margrethe Vestager de conclure: «J’ai plus peur de ne rien faire que de décevoir. Si on n’agit pas, on ne prend pas le risque d’échouer.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte