Monde

Ce drone chinois ressemble beaucoup (trop?) à un modèle américain

Repéré par Robin Korda, mis à jour le 31.12.2015 à 11 h 50

Repéré sur The Asia Times, Newser

La Chine est suspectée d'avoir subtilisé les plans du drone américain MQ-9 lors d'une cyberattaque pour mettre au point son propre modèle.

Le drone américain MQ-9 aurait plus qu’inspiré le modèle chinois CH-4 | U.S. Department of Defense Current Photos via Flickr CC License by

Le drone américain MQ-9 aurait plus qu’inspiré le modèle chinois CH-4 | U.S. Department of Defense Current Photos via Flickr CC License by

C’est la nouvelle fierté de la Chine militaire. Le Caihong-4, ou CH-4, est un redoutable drone de combat. Une vidéo d’une minute trente, partagée dans la blogosphère spécialisée, en atteste. On peut y voir le CH-4 en action, décoller, larguer des bombes de 50 kilos guidées par satellite puis se poser sur la piste, le tout sur une musique à faire pâlir les blockbusters hollywoodiens.

 

Seulement voilà. Comme le relève The Asia Times, si le gouvernement chinois s’est inspiré des États-Unis, ce n’est peut-être pas seulement pour la musique de son trailer. L’analyse de photos de l’avion télécommandé laisse entrevoir de fortes similitudes avec un engin américain : le General Atomics MQ-9 Reaper.

General Atomics MQ-9 Reaper | U.S. Air Force photo by Master Sgt. Robert W. Valenca via Wikimedia Commons (domaine public)

Les deux drones font environ la même taille et la même envergure. Ils possèdent le même train d’atterrissage, le même type de moteur à hélice et un design en V de la partie arrière. Mais la version chinoise est plus abordable, selon Newser

Même s’il n’y a aucune preuve que la Chine ait subtilisé les plans du MQ-9, il convient de se rappeler que les révélations d’Edward Snowden avaient mis en lumière les nombreuses cyberattaques qui provenaient de Chine pour viser des données sensibles américaines. En 2010, un document expliquait que les hackers chinois avaient mené plus de 30.000 attaques sur les réseaux américains. Sur celles-ci, 500 dites «significatives» avaient corrompu certains dossiers du département de la Défense. Notamment ceux de l’US Air Force. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte