Économie

Au bureau entre Noël et le Nouvel An, la drôle de «semaine zombie»

Temps de lecture : 2 min

Avec toutes ces festivités, pas facile de travailler.

Semaine zombie au bureau | Gabriel Saldana via Flickr CC License by
Semaine zombie au bureau | Gabriel Saldana via Flickr CC License by

Chaque année entre Noël et le Nouvel An, les employés qui se retrouvent au bureau évoluent dans un état de léthargie extrême. Leurs collègues sont en vacances, le téléphone ne sonne pas et personne ne reçoit d'e-mails.

Une journaliste du Washington Post vient de donner un nom à cette «zone morte» entre les deux grands festins de l'hiver: la «semaine zombie», ou «zombie week». Pour Petula Dvorak, cet «abysse» entre Noël et le 1er janvier est une sorte de «purgatoire somnambulant» peuplé d'employés à moitié vivants.

Et quand il n'y a pas grand chose à faire, les journalistes écrivent des papiers sur le fait qu'il n'y a rien à faire:


C'est tellement lent au bureau cette semaine qu'une chroniqueuse du Washington Post a écrit un article sur le fait que c'est lent au bureau cette semaine.


«À moitié sacré»

Aux États-Unis, les participants à la semaine zombie sont plus nombreux qu'ailleurs: selon un sondage récent, moins d'un tiers des employés de bureau américains prennent des vacances à ce moment de l'année. Et 60% de ceux qui prennent des vacances restent en contact avec le bureau pendant leur pause.

Le Washington Post précise qu'en Norvège, cette semaine creuse a vraiment un nom: «romjul», un mot qui veut dire «à moitié sacré», pour décrire ce moment après Noël, lorsqu'on continue un peu à la faire la fête, mais à moitié.

Il y a quelques années, une étude d'employés anglais avait confirmé un autre phénomène: les gens commencent à ne pas trop travailler la semaine avant Noël, en anticipation des fêtes, ce qui signifie qu'il y a probablement non pas une, mais deux semaines zombies.

Newsletters

Mesdames, votre famille vous arnaque

Mesdames, votre famille vous arnaque

Dans ce septième et avant-dernier épisode de Rends l'argent, Titiou Lecoq va à la rencontre de Céline Bessière et Sibylle Gollac, sociologues et autrices du livre Le Genre du capital. Fruit de vingt ans de travaux, il montre comment au moment des...

Ouvrir les stations de ski, une équation impossible

Ouvrir les stations de ski, une équation impossible

La réouverture des stations, «préférable» courant janvier selon le président Emmanuel Macron, aggrave la situation d'un secteur qui souffre déjà de nombreux maux structurels.

Le nouveau pouvoir d'attraction de Marseille

Le nouveau pouvoir d'attraction de Marseille

La cité phocéenne accueille chaque année de nouveaux habitants. Mais les premiers à répondre présents ne restent que le temps des vacances.

Newsletters