Partager cet article

Quand Hillary Clinton travaillait comme «agent secret»

Hillary Clinton lors du débat pour la primaire démocrate au St. Anselm College à Manchester, dans le New Hampshire, le 19 décembre 2015 | REUTERS/Brian Snyder

Hillary Clinton lors du débat pour la primaire démocrate au St. Anselm College à Manchester, dans le New Hampshire, le 19 décembre 2015 | REUTERS/Brian Snyder

Hillary Clinton, la candidate américaine à la primaire démocrate, a travaillé sous couverture dans les années 1970 pour contrer les politiques ségrégationnistes de certaines universités.

Après la tuerie de Charleston en juin 2015, qui a causé la mort de neuf personnes, Hillary Clinton n’a pas hésité à qualifier l’acte de «terrorisme raciste». «Je sais qu’il est tentant de reléguer une tragédie comme celle-ci au rang d’incident isolé et de croire qu’aujourd’hui en Amérique […] le racisme institutionnalisé n’existe plus, a indiqué la candidate à la primaire démocrate, figurant parmi les favoris pour l’élection présidentielle américaine de 2016. Mais malgré nos plus grands efforts et nos espoirs, la longue épreuve américaine sur la question de la couleur de la peau est loin d’être terminée.»

L’ancienne secrétaire d’État américaine est bien placée pour le savoir, comme le raconte le New York Times. En 1972, elle a agit «sous couverture» pour aider à prouver que l’administration Nixon ne faisait pas respecter l’interdiction du statut d’exonération fiscale pour les académies dites «ségrégationnistes». Deux-cents académies privées s’étaient construites dans le sud des États-Unis pour échapper à une décision de la Cour suprême de 1969 obligeant les écoles publiques à l’intégration. Étudiante en droit de 24 ans, Hillary Clinton travaillait pour Marian Wright Edelman, une militante des droits civiques.

«On m’a assuré qu’aucun étudiant noir ne serait inscrit»

C’est ainsi qu’elle est arrivée dans la ville de Dothan, dans l’Alabama. Accompagnée de son futur mari Bill Clinton, Hillary Rodham s’est d’abord renseignée auprès du conseiller d’orientation d’une école pour une école pour son fils (fictif donc, couverture oblige).

«J’ai rempli mon rôle, posant des questions à propos du programme et de la composition du corps étudiant. On m’a assuré qu’aucun étudiant noir ne serait inscrit», a-t-elle indiqué dans ses mémoires, Living History, écrites en 2003.

Après y avoir passé plusieurs semaines, Hillary Rodham a envoyé ses trouvailles à Marian Wright Edelman, qui essayait avec d’autres groupes de faire pression sur l’administration Nixon. Elle a ensuite terminé son diplôme en droit, s’est mariée à Bill Clinton et a commencé sa carrière politique. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte