Science & santé

Le calamar géant vu au Japon vous impressionne? Adulte, il devrait être trois fois plus grand

Repéré par Robin Verner, mis à jour le 29.12.2015 à 11 h 34

Repéré sur The Washington Post, Newser

Le 24 décembre, un calamar géant a été aperçu dans la baie de Toyama, au Japon.

Ça va finir par devenir une habitude. Le 24 décembre a encore été marqué par un curieux événement. Les habitants de la baie de Toyama, l’une des plus importantes de l’île principale du Japon, ont vu un calamar géant affleurer à la surface de l’eau, comme l’écrit le Washington Post ou comme le montre Reader. Le calamar géant n’a rien d’une créature légendaire ou horrifique et correspond au contraire à une espèce sous-marine bien établie, le Architeuthis Dux.

Le calamar géant de Toyama mesurait près de 4 mètres. Une taille impressionnante mais ridiculement basse pour cette espèce dont les spécimens adultes peuvent atteindre 12 mètres de longueur. Ces 4 mètres laissent penser que celui-ci était encore jeune.

Comme le céphalopode était visible à pied sec et se tenait près de la côte, il a bien sûr donné des envies de baignades à certains. Un plongeur l’a même accompagné à la nage. Akinobu Kimura a ainsi pu livrer son ressenti sur l’état de la bête: «Le calamar était indemne et m’a semblé être en bonne santé, il rejetait de l’encre et essayait de m’enserrer dans ses tentacules.»

Père involontaire du terrible Kraken

Pouvoir examiner le comportement du calamar est très rare dans la mesure où celui-ci n’apparaît habituellement à la surface qu’une fois mort ou pris dans les filets des pêcheurs. Il vit dans les grandes profondeurs, où le calamar géant de la baie de Toyama a d’ailleurs fini par retourner après s’être éloigné de la côte. Sa résidence dans des abysses où la lumière ne perce pas et où l’homme se garde de s’aventurer ainsi que sa taille ont généré beaucoup de fantasmes, pointe le site Newser, qui rappelle que le calamar géant a probablement contribué à mettre sur pied la légende du Kraken, ce monstre marin du folklore scandinave auquel on prêtait une fâcheuse tendance à envoyer par le fond les navires les plus robustes grâce à ses tentacules.

Le manque de connaissances que l’homme a de l’environnement marin le dispose à d’autres surprises du même type que cet épisode japonais. Un expert des calamars cité par Newser signale ainsi que l’humanité n’a pour le moment exploré que 5% de ses océans.

De là à se retrouver dans une position aussi difficile que le capitaine Nemo (joué par James Mason) et Ned Land (Kirk Douglas) dans l’adaptation de 1954 du roman de Jules Verne 20.000 lieues sous les mers, il y a tout de même un fossé, voire une fosse sous-marine. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte