Science & santé

«CRISPR», cet horrible acronyme, est la découverte scientifique de l’année 2015

Repéré par Aude Lorriaux, mis à jour le 27.12.2015 à 16 h 09

Repéré sur Science, La Recherche, Slate, Le Figaro, L'Alsace

CRISPR («Courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées») doit permettre de soigner des maladies héréditaires et certains cancers en remplaçant les séquences ADN défectueuses.

Une séquence d'ADN | via Pixabay CC 0 public domain License by

Une séquence d'ADN | via Pixabay CC 0 public domain License by

Quelles ont été les découvertes scientifiques les plus importantes de l’année? En France, le mensuel La recherche a mis à la première place de son palmarès les premières images de la planète naine Pluton, envoyées le 4 juillet dernier par la sonde américaine New Horizons. Mais l’autorité mondiale en la matière est la revue Science, qui décerne chaque année son titre de «Découverte de l’année».

Après la sonde Rosetta en 2014, la revue américaine a remis la palme à la technique de manipulation du génome, appelée CRISPR, pour Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats («Courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées»). Avec Crispr, modifier un ADN devient presque aussi simple qu'un copier-coller. «Alors que, dans le passé, toutes les technologies étaient des sortes de marteaux de forgeron, maintenant c'est comme travailler avec des scalpels moléculaires pour génomes», explique la biologiste Jennifer Doudna.

L'intestin, un second cerveau

La «Ford T de la génétique», comme l’a qualifiée un professeur de droit à Stanford, doit permettre dans quelques années de soigner des maladies héréditaires et certains cancers, tout simplement en remplaçant les séquences ADN défectueuses. «En trois ans, elle s'est déjà répandue dans les laboratoires du monde entier, ce qui a provoqué une prolifération considérable des publications scientifiques dans des domaines très variés», commente dans le Figaro Emmanuelle Charpentier, la microbiologiste française qui l'a développée en collaboration avec l'Américaine Jennifer Doudna.

Au rayon médical, l'intestin est «la révélation» de l’année, rapporte L’Alsace : il a fait l’objet de nombreuses publications scientifiques, notamment par l’Inserm. Nous vous en parlions dans ces colonnes, en vous expliquant l’intérêt du livre Le Charme discret de l'intestin, qui fait fureur outre-Rhin. «Le pli est vite pris de le considérer comme un second cerveau, en prise directe avec le cortex central, l’ordinateur neuronal intracrânien», écrivent trois de nos contributeurs. Notre collègue Jean-Laurent Cassely rapporte aussi que le microbiote intestinal «pourrait permettre de vous identifier avec une précision proche des tests ADN ou des empreintes digitales». Voilà qui promet.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte