Parents & enfants / Monde

Les enfants des candidats américains en campagne servent de punching-ball

Temps de lecture : 2 min

Un dessin du Washington Post a représenté les filles du candidat républicain Ted Cruz en singes.

Ted Cruz et ses filles en mars 2015 en Virginie | MARK WILSON/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
Ted Cruz et ses filles en mars 2015 en Virginie | MARK WILSON/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Mardi 22 décembre, le Washington Post diffusait un dessin satyrique montrant Ted Cruz, candidat à la nomination républicaine pour la présidentielle américaine de 2016, jouant de l’orgue de barbarie et tenant devant lui deux petits singes en laisse. Pour un lecteur américain, l’allusion est claire: les animaux représentent les deux filles du sénateur du Texas, Catherine, âgée de 5 ans et Caroline, sa grande sœur de 7 ans. L’illustration a suscité une levée de bouclier à peu près générale aux États-Unis.

ABC a retranscrit la nouvelle et le dessin en question, citant la dessinatrice Ann Telnaes, à l’origine de la caricature, qui s’est défendue. Elle a estimé que «c’était légitime» dans la mesure où le candidat ne cessait de mettre en scène ses enfants depuis le début de sa campagne. Ted Cruz n’était pas de cet avis et l’a fait savoir dans un meeting tenu à Tulsa, dans l’Oklahoma, ainsi que dans ce tweet (en français: «La classe. Le Washington Post se moque de mes filles. Continuez de m’attaquer vous ne jouez pas dans la même cour que Caroline et Catherine.»)

Il a d’ailleurs reçu le soutien de ses rivaux dans la primaire républicaine, dont celui de Donald Trump (qui n’a besoin de personne pour dire des horreurs sur sa progéniture).

Faire feu de tout bois

Le site POLITICO nuance la sincérité de l’indignation de Ted Cruz en rapportant que l’homme politique, loin de vouloir faire oublier l’incident pour préserver ses filles, n’a pas hésité à le mentionner dans un email destiné à collecter des fonds. Le site pousse l’analyse plus loin, montrant que l’instrumentation de leurs enfants par les candidats est un grand classique. Entre autres exemples, une autre candidate de la droite américaine, Carly Fiorina s’est servi de la mort par overdose de sa petite-fille pour expliquer lors d’un débat organisé qu’elle avait les épaules pour être la commandante en chef du pays.

Si cette dramaturgie est récurrente, les offensives contre les enfants le sont aussi. La fille de John McCain, Meghan, a souvent dû subir des attaques imbéciles sur son poids.

Alors que son père était dans le bureau ovale, Chelsea Clinton s’est elle aussi trouvée en butte à de nombreuses plaisanteries très désagréables sur son physique. On relèvera notamment cette «boutade» signée...John McCain. «Vous savez pourquoi Chelsea Clinton est si moche? Parce que son père est Janet Reno John McCain, ou l’arroseur arrosé en quelque sorte.

Slate.fr

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Jean-Michel Blanquer a-t-il vaiment confiance en l’école?

Jean-Michel Blanquer a-t-il vaiment confiance en l’école?

Dans son troisième ouvrage, le ministre de l'Éducation veut «parler directement» à ceux et celles qui font (et vont à) l'école. Mais pour leur dire quoi?

Pourquoi J'aime lire ne disparaîtra jamais

Pourquoi J'aime lire ne disparaîtra jamais

Plus de quarante ans après sa création, le mensuel destiné aux 7-10 ans continue de plaire aux enfants (et à leurs parents).

Newsletters