Tech & internetMonde

Comment Facebook a percé le mystère du sceptre doré de Jérusalem

Repéré par Robin Korda, mis à jour le 23.12.2015 à 18 h 09

Repéré sur The Guardian

Pendant six mois, l’Autorité des antiquités d’Israël s'évertuait à comprendre la signification d’un vieil objet déterré dans un cimetière. Elle a fini par demander de l’aide sur Facebook.

Il a fallu six mois et la collaboration de 300 internautes pour que les autorités percent le mystère du sceptre doré | Photo tirée de la page Facebook de l'Autorité des antiquités d'Israël

Il a fallu six mois et la collaboration de 300 internautes pour que les autorités percent le mystère du sceptre doré | Photo tirée de la page Facebook de l'Autorité des antiquités d'Israël

En juin 2015, la police de Jérusalem reçoit l’appel d’un gardien d’un ancien cimetière. L’homme, au bout du fil, assure être tombé sur un engin explosif enterré dans le cimetière dans lequel il travaille. Sur place, les autorités mettent la main sur ce qui semble être un gros sceptre doré, de huit kilos, qui présente sept larges stries. Inoffensif, mais inconnu. Ainsi démarre un mystère qui ne sera résolu que six mois plus tard, sur Facebook.

Comme le raconte The Guardian, l’objet en métal passe de main en main. L’Autorité des antiquités d’Israël passe le sceptre aux rayons X, analyse ses matériaux, songe aux utilisations qu’un tel objet pourrait avoir dans un temple ancien. Il est déjà arrivé que l’on retrouve, dans ce cimetière, des vestiges des époques romane, byzantine ou datant des croisades. Mais aucun spécialiste de ces différentes ères n’arrive à trouver la signification du sceptre doré.

Le 22 décembre, dépassées, les autorités lancent un appel sur Facebook. Chacun est libre de donner sa théorie sur les origines de l’objet... Les suggestions fusent. Pour certains, nul doute, il s’agit d’un outil de massage, d’un rouleau à pâtisserie, voire d’un instrument de fécondation pour bovins.

Il ne faut que quelques heures et 300 réponses pour qu’un Italien du nom de Micah Barak perce le mystère du sceptre doré. Non, il ne s’agit pas d’une rare et vieille relique. C’est un appareil tout à fait moderne: un harmoniseur Beamer Weber-Isis, censé éloigner les ondes négatives. Il s’achète en ligne assez facilement et notamment sur le site allemand Weber Bio. Son prix varie de 67 euros à quasiment 1.000 euros, selon les modèles.

Les autorités ignorent ce qu’un tel objet faisait dans le sol d’un cimetière. Elles incitent les personnes incriminées à expliquer leur geste et à dire «auquel de ces morts elles souhaitaient apporter des énergies positives». Elles ont par ailleurs invité Micah Barak à venir à Jérusalem pour admirer sa découverte. Pas sûr que cela vaille le voyage.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte