Santé / Sciences

Oui, la fécondation in vitro peut encore être efficace après trois tentatives

Temps de lecture : 2 min

Beaucoup de femmes désespèrent après les premiers essais de FIV non concluantes. Mais une étude montre que les chances de succès demeurent longtemps importantes.

Enceinte de huit mois | Bayu Aditya via Flickr CC License by
Enceinte de huit mois | Bayu Aditya via Flickr CC License by

Des chercheurs de l’université de Bristol et de Glasgow ont publié une étude au long cours dans le Journal Of American Medical Association (JAMA), que lle New York Times a eu l’occasion de lire. Ils ont établi que, contrairement à l’idée que l’on s’était fait de ce problème, il se pourrait que les femmes aient intérêt à poursuivre leurs cycles de fécondations in vitro (FIV) au-delà de la quatrième tentative. La majorité d’entre elles arrêtent cependant au bout de trois ou quatre essais.

Or si le taux de réussite à la première FIV est de 29,5%, il est encore de 17,4% à la sixième, et de plus de 15% à la neuvième. C’est bien sûr chez les femmes de moins de 40 ans que les chances de succès sont les plus grandes: 32% environ à la première tentative. Elles ne sont plus que de 12,3% pour les femmes dont l’âge est compris entre 40 et 42 ans. Après quoi, les possibilités chutent sensiblement.

L’étude s’appuie sur près de 157.000 cas de patientes britanniques ayant cumulé plus de 257.000 cycles de fécondation in vitro (un cycle consiste en la stimulation des ovaires suivie du transfert des embryons).

Démarches éprouvantes

Le site Medical News Today ajoute quelques détails supplémentaires. On note ainsi que la moyenne d’âge des participantes était de 35 ans, que les cas retenus se sont étalés de 2003 et 2010 (avec un suivi jusqu’en 2012 dans certaines occasions), et que, à partir de la première stimulation ovarienne, la durée moyenne d’infertilité correspondait à quatre ans.

Après avoir observé la persistance d’un taux de réussite non négligeable bien après la quatrième tentative, Medical News Today fait, à la suite des auteurs de l’étude eux-mêmes, une objection à l’opportunité d’encourager les femmes à la prolongation de telles démarches: les fécondations in vitro peuvent épuiser nerveusement et moralement...et s’avérer financièrement ruineuses. Chaque cycle coûte de 14.000 à 17.000 dollars ou équivalents suivant les pays. Mais les scientifiques soulèvent que, si la chose est envisageable pécuniairement, leurs constatations devraient pousser les médecins à aborder la possibilité de poursuivre les tentatives avec leurs patientes.

Slate.fr

Newsletters

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

La dépression saisonnière ne se manifeste pas qu’en hiver: il n’est pas si paradoxal de broyer du noir à l’approche de la saison estivale.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Newsletters