Monde

Élections générales en Espagne: un tweet du ministère de l'Intérieur qualifié d'«indécent»

Temps de lecture : 2 min

De nombreux internautes ont pris le cliché pour un message de propagande.

Ce dimanche 20 décembre 2015, plus de 36 millions d'Espagnols sont appelés à voter pour renouveler leurs députés. Un scrutin compliqué pour le Parti populaire au pouvoir, qui s'il reste le favori, va souffrir de la concurrence des deux jeunes partis qui bousculent le jeu politique en Espagne: Podemos (gauche de la gauche) et Ciudadanos (libéral). Le Premier ministre Mariano Rajoy pourrait ainsi se retrouver sans majorité claire à l'issue du vote.

C'est dans ce contexte très serré qu'un tweet du ministère de l'Interieur a agacé de nombreux internautes, ainsi que le rapporte le journal El Pais. On y voit la juxtaposition d'un côté d'Adolfo Suárez, le président du gouvernement de 1976 à 1981, et de l'autre, Mariano Rajoy en train de voter ce dimanche avec le commentaire: «Entre ces deux images, trente-huit années d'histoires démocratiques en Espagne ont passé.»

Très vite, de nombreux internautes y ont vu une manière pour le ministère de l'Intérieur de faire la promotion de son propre Premier ministre en le présentant comme une sorte de rempart de la démocratie. De mettre en valeur sa stature d'homme de pouvoir. Et donc de rompre un certain devoir de neutralité. Plusieurs ont dénoncé un message de «propagande», «un deux poids, deux mesures», proclamant «ce gouvernement a été délinquant jusqu'au bout». Miguel A. Morales, secrétaire locale de PSOE, a, lui, qualifié le tweet d'«indécent».

Slate.fr

Newsletters

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

Ce 25 mai, les Irlandaises et Irlandais sont appelés aux urnes pour le référendum sur la révision du huitième amendement de la Constitution, qui rend l’IVG illégale dans quasiment tous les cas.

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Newsletters