Tech & internetScience & santé

OMGYes, le site qui attaque de front le tabou du plaisir féminin

Repéré par Boris Bastide, mis à jour le 20.12.2015 à 15 h 42

Repéré sur Fast Company, The Huffington Post

Un site recueille des témoignages de femmes expliquant quels gestes les amènent au plaisir, vidéos à l'appui. Une manière de démocratiser nos connaissances sur la sexualité féminine.

Dans la chambre | Marcy Kellar via Flickr CC License by

Dans la chambre | Marcy Kellar via Flickr CC License by

C'est une initiative inédite visant à faire reculer la méconnaissance du plaisir féminin. Le site payant OMGYes propose pour sa première saison une livraison de 47 vidéos courtes dans lesquelles des femmes se confient sur la manière dont elles aiment se toucher ou être touchée pour atteindre l'orgasme et 11 vidéos de simulations tactiles, par exemple. Pour accéder au contenu, il faut débourser 27 euros en une fois, rapporte le site Fast Company.

Les douze chapitres correspondent chacun à une technique ou une variable pouvant décupler le plaisir féminin. En démonstration, trois femmes se confient ainsi sur la retenue visant dans un deuxième temps à allonger l'orgasme et à le rendre plus intense. En plus des témoignages oraux, une des participantes propose une démonstration pratique filmée. Le tout accompagné d'un schéma. Une vidéo de simulation tactile permet ensuite de s'y essayer sur un sexe virtuel.

En appui, un travail de recherche

Pour arriver à ce travail de démocratisation du plaisir féminin, OMGYes s'appuie sur un long travail de recherche. Mille femmes ont été interviewées au préalable en plus des mille autres qui ont participé à une étude sur le sujet menée par l'université d'Indiana et l'institut Kinsey. Les créateurs du site en déduisent ainsi que les qualités les plus appréciées chez un partenaire sexuel ont beaucoup plus à voir avec une forme d'attention et de saine communication qu'avec la taille de son sexe ou la durée des rapports.

Sur le site, les créateurs s'étendent également sur les différentes raisons pour lesquelles la masturbation féminine reste encore largement taboue aujourd'hui, de la complexité de ce plaisir changeant au manque de recherches scientifiques sur le sujet en passant par l'absence même d'un vocabulaire précis pour mettre des mots sur chaque sensation. Les médias n'aident pas beaucoup non plus, avancent-ils. Il n'existe aucune véritable source d'information sur internet pour le grand public et le cinéma mainstream véhicule le cliché d'une sexualité normée où l'orgasme semble systématiquement atteint sans aucun effort.

«Le corps de la femme, on ne le connaît pas»

OMGYes participe ainsi de tout un mouvement de réappropriation de leur corps par les femmes. Et notamment du clitoris, qui n'a été réintroduit qu'à partir de 1998 dans la plupart des manuels d'anatomie. L'artiste conceptuelle Sophia Wallace a notamment permis de médiatiser en 2013 le sujet avec son projet Cliteracy, qui avait pour but de tenter d'éduquer les femmes sur le sujet à travers ses œuvres.


En mai dernier, le Huffington Post poursuivait le dialogue entamé en publiant une longe histoire interactive du clitoris. En introduction, le site américain reprenait ces mots de Sophie Wallace: «Le problème, ce n'est pas qu'on ne voit pas le corps de la femme, c'est qu'on ne le connaît pas.» OMGYes espère aujourd'hui un peu plus avancer notre connaissance sur le sujet.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte