CultureEconomie

Martin Shkreli, l’homme le plus détesté d’Amérique, veut dominer l’industrie du rap

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 18.12.2015 à 14 h 28

Repéré sur AFP, HipHopDX, The Atlantic

Le patron de Turing Pharmaceuticals, arrêté jeudi 17 décembre par le FBI, s’est aussi fait connaître pour sa passion pour le rap.

Martin Shkreli le 17 décembre 2015 lors de son arrestation | REUTERS/Lucas Jackson

Martin Shkreli le 17 décembre 2015 lors de son arrestation | REUTERS/Lucas Jackson

Il s’est fait connaître (et détester) par l’Amérique toute entière en faisant bondir le prix de médicaments contre la toxoplasmose et le paludisme de 5.400% en août, sans aucun regrets. Mais Martin Shkreli, entrepreneur richissime de l’industrie pharmaceutique, a été arrêté jeudi 17 décembre pour une affaire bien différente. Comme l’explique l’AFP, il a été inculpé de sept chefs d’accusation, notamment pour fraude et détournement de fonds:

«En décembre 2010, il avait notamment assuré que MSMB Capital Management avait environ 35 millions de dollars d’actifs sous gestion, alors qu’il ne détenait plus que 700 dollars au total.»

Âgé de 32 ans à peine, il est devenu le symbole des dérives spéculatives à Wall Street, se vantant régulièrement sur Twitter à coups de tweets provocateurs.

 

«Entre 50 et 100 sollicitations par jour pour un rencard, je suis le célibataire le plus demandé. Désolé, mais pour me rencontrer vous devez être actionnaire.»

Et il a reçu énormément d’écho médiatique dans un autre domaine: le rap. Fin novembre, il achetait pour 2 millions de dollars ce qui était en train de devenir l’album de rap le plus rare au monde: l’exemplaire unique de Once Upon a Time in Shaolin, dernier opus du Wu-Tang Clan. Face à la polémique et la colère des fans, le légendaire groupe new-yorkais s’est senti obligé de rappeler que le deal avait été scellé avant que ses manipulations financières ne soient connues.

 

Il me fait penser à moi. Le mec est totalement irrévérencieux. Il s’en fout de ce que les gens pensent

Martin Shkreli à propos du rappeur Bobby Shmurda, à HipHopDX

«Une de mes entreprises devrait-elle se renommer Wu-Tang Pharmaceuticals?»

Le prochain Puff Daddy

Sa passion pour le rap ne s’arrête pas là. Dans une très longue interview accordée au site HipHopDX le 16 décembre, il a expliqué qu’il était en train d’essayer de faire sortir le rappeur Bobby Shmurda de prison. L’artiste de Brooklyn a été arrêté et inculpé il y a un an pour port d’arme illégal et conspiration dans un gang de rue criminel et son label Epic (qui appartient à Sony) avait refusé de payer sa caution de 2 millions de dollars. C’est pour cela que Shkreli se tient à disposition pour l’aider:

«Je vois une opportunité ici, explique-t-il à HipHopDX. C’est un mec talentueux. À tous les concerts où je vais, les gens crient: “Libérez Shmurda.” Il me fait penser à moi, pour tout dire. Le mec est totalement irrévérencieux. Il s’en fout de ce que les gens pensent. Complètement irrévérencieux. Et j’en ai rien à faire. Je l’aime. J’aime ce style. Il vient d’un coin pas très loin de là où je viens à Brooklyn. J’aimerais l’aider à s’en sortir. J’aurais aimé que quelqu’un m’aide quand j’en avais besoin.»

Dans cette interview, il aborde aussi ses ambitions dans l’industrie du rap. Il se décrit comme un «gars créatif», explique qu’il a composé quelques rythmes de musique et qu’il pourrait bien devenir le prochain Puff Daddy ou Birdman. Son but? Dominer l’industrie du rap. Il a déjà commencé à contacter quelques producteurs et espère sortir un album bientôt: «Le budget pour l’album pourrait atteindre 5 putain de millions de dollars. Je paierai ce putain de Drake. Je paierai ce putain de Lil Wayne. Je paierai Timbaland pour faire un beat. Je m’en fous.»

 

«D’ici dix ans, plus de la moitié de la musique rap et hip hop sera produite exclusivement par moi. Pas d’inquiétude --j’en partagerai un peu.»

Album à sauver

Son arrestation, si elle va l’aider à renforcer son image de sale type, risque de bloquer ses projets de producteur. Les fans du Wu-Tang Clan ont également demandé ce que va devenir le fameux album payé 2 millions de dollars, véritable relique à leurs yeux. Comme l’explique The Atlantic sur son site, ils sont nombreux à espérer qu’il sera «sauvé» et rendu public.

Sauf que le FBI n’a pas eu les autorisations nécessaires pour récupérer l’album.

Si le FBI ne réussit pas à prouver à prouver que l’argent qui a servi à acheter l’album provient de fonds obtenus frauduleusement, il ne reste plus pour les fans qu’à espérer que Shkreli ait besoin d’argent pour payer sa défense dans un futur proche et soit alors contraint de revendre l’album ou encore qu’il soit condamné à payer la somme qu’il est accusé d’avoir détourné et que ses biens soient saisis et vendus pour acquitter ce règlement.

Une dernière solution, assez farfelue, a commencé à émerger sur internet, et elle implique Bill Murray. Une clause dans le contrat de vente de l’album stipulerait que les membres du groupe ou Bill Murray auraient le droit de cambrioler l’appartement de Shkreli pour récupérer le précieux sésame, «sans répercussions légales». Ce qui ressemble à un fake a eu le mérite de faire réagir RZA, membre-fondateur du groupe, qui a expliqué sur Twitter avoir très envie d’appeler l’acteur. À suivre donc. 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte