Culture

«Star Wars» fait des heureux dans l’industrie du X

Repéré par Robin Korda, mis à jour le 18.12.2015 à 12 h 20

Repéré sur Mashable, The Telegraph

L'attention autour du «Réveil de la Force» a dopé les ventes de la plus célèbre parodie pornographique de la saga «Star Wars».

© Lucasfilm Ltd.

© Lucasfilm Ltd.

On peut citer Sex Wars, Porn Wars ou encore Star Whores[1]. Mais, dans la grande famille des parodies pornographiques des aventures de Luke Skywalker, aucune ne saurait rivaliser, en terme d’aura, avec Star Wars XXX. Le film est tourné en 2012. Avec une princesse Leia librement interprétée par l’actrice Allie Haze, des courses poursuites en vaisseau spatial et des scènes langoureuses mêlant Chewbacca à des stormtroopers, Star Wars XXX est alors présenté comme le plus cher porno à tourner de tous les temps.

Trois ans plus tard, la force se réveille. Depuis le début du mois de décembre, les ventes de DVD du fameux pastiche auraient même augmenté de 500% sur le site «pour adultes» Gamelink. L’un des responsables du site explique ainsi à Mashable avoir «commencé à observer une augmentation graduelle des ventes à partir de novembre. Mais c’est depuis décembre que les ventes ont littéralement explosé».

Le retour de hype s’explique bien sûr par la sortie au cinéma du nouvel opus de la saga Star Wars, The Force Awakens (ou Le Réveil de la Force, en VF). Pour Jeff Dillon, le phénomène est «très représentatif de cette tendance plus large du merchandising Star Wars, qui montre l’attachement des fans à ces films». Pour ce qui est de la qualité intrinsèque de l’œuvre parodique en question, le site Comics Alliance la juge «meilleure» que celle des «préquels» –les épisodes 1, 2 et 3. Prends ça, George Lucas.

1 — Le terme anglais whore signifie prostituée. Retourner à l’article

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte