Culture

Pourquoi vous ne verrez presque pas Lupita Nyong’o dans «Star Wars»

Temps de lecture : 2 min

Dans le film de J.J. Abrams, le corps de Lupita Nyong’o passe au second plan. Et c’est un choix de carrière.

Lupita Nyong’o lors de la présentation de Star Wars le réveil de la force à Hollywood le 14 décembre 2015 | REUTERS/Mario Anzuoni
Lupita Nyong’o lors de la présentation de Star Wars le réveil de la force à Hollywood le 14 décembre 2015 | REUTERS/Mario Anzuoni

L’actrice, devenue star internationale grâce à son rôle dans 12 Years a Slave, a choisi un film pour le moins médiatique pour la suite de sa carrière: Le Réveil de la Force, dernier épisode de la saga Star Wars. Après l’interprétation d’une jeune esclave dans une plantation de coton, dans une Amérique encore divisée sur la question de l’esclavage, elle a cette fois orienté sa carrière vers un film plus grand public et cela ne doit rien au hasard. En effet, l’actrice d’origine kényane a choisi de jouer dans un film où son corps passait au second plan et où elle pouvait notamment laisser plus de place à sa voix:

«12 Years a Slave était un film qui était tellement sur mon corps, Star Wars ne l’est pas du tout. C’était pour moi une libération d’être capable de jouer dans un milieu où mon corps n’était pas l’objet principal du film. C’est un challenge que je me suis fixé et je cherchais à faire quelque chose de complètement différent, une rupture totale avec 12 Years a Slave.»

Dans 12 Years a Slave, elle avait dû jouer certaines scènes particulièrement difficiles comme celle dans laquelle elle se faisait fouetter nue par Edwin Epps (incarné par Michael Fassbender).

Sa brillante interprétation du personnage de Patsey lui a permis de décrocher l’oscar de la meilleure actrice dans un second rôle et une entrée dans le monde select des actrices hollywoodiennes. Elle est d’ailleurs devenue une icône pour de nombreuses jeunes femmes, a fait la couverture de plusieurs magazines de mode et a été désignée «plus belle femme du monde» pour l'année 2014 par le magazine américain People. Une image dont elle souhaitait aujourd’hui se détacher:

«Mon ambition n’a jamais été de faire la couverture d’un magazine. Mon ambition… était d’être la meilleure actrice et je sais que je peux l’être. Je veux être dans les situations qui sont un perpétuel défi. J’aime mon travail, mon travail est mon jeu, c’est ma joie.»

Slate.fr

Newsletters

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Newsletters