Égalités / Sciences

Une étude prouve que les hommes sont meilleurs que les femmes pour monter des meubles Ikea

Temps de lecture : 2 min

Et affirmer le contraire n’aide pas à lutter contre le sexisme.

Notice de montage d’un meuble Ikea | Frédérique Voisin-Demery via Flickr CC License by
Notice de montage d’un meuble Ikea | Frédérique Voisin-Demery via Flickr CC License by

Insinuer que les femmes ont du mal à assembler des étagères Ikea est considéré comme un préjugé sexiste, un peu comme dire qu’elles ne savent pas conduire et se garer. En 2008, la directrice d’Ikea Allemagne avait tenté de briser ce cliché en déclarant que les femmes étaient en réalité meilleures à ce genre de tâche, notamment parce que, contrairement aux hommes, elles prenaient le temps de lire les instructions. «Les femmes trient d’abord toutes les pièces de manière ordonnée. Les hommes les jettent dans une pile et en perdent toujours», avait résumé Petra Hesser.

Le problème est que ces propos ne se fondaient que sur son ressenti et son expérience en relation clients. Cette année, des chercheurs en psychologie de l’Université Arctique de Norvège ont décidé d’analyser cette question de manière sérieuse. Pour leur étude, intitulée «Différences entre les sexes dans l’assemblage de meubles Ikea», les chercheurs ont demandé à quarante hommes et quarante femmes (tous des étudiants) de monter le chariot de cuisine Udden sous la supervision d’un chercheur. Les cobayes avaient dit avoir des niveaux d’expérience similaire en matière de meubles Ikea.

Leurs conclusions, publiées dans la revue Applied Cognitive Psychology, montrent que le cliché sexiste correspond plutôt à la réalité, même si la différence d’efficacité est minime.

Plus rapides

Pour construire Udden, les hommes ont mis en moyenne 22,48 minutes avec le mode d’emploi, et 24,80 minutes sans, alors que les femmes ont mis 23,65 minutes avec et 28,44 minutes sans. Les chercheurs ont également noté la qualité de la construction et les hommes étaient encore une fois gagnants, avec une note de 8,9 sur 10 avec le mode d’emploi (7,6 sans), alors que les femmes obtenaient une moyenne de 7,5 sur 10 avec la notice (et 5,7 sans).

Le journaliste de BPS Research Digest, le site de la British Psychology Society, souligne que ces résultats doivent cependant être relativisés car il s’agit d’un petit échantillon et, comme souvent, les cobayes ne sont que des étudiants, donc pas complètement représentatifs de la population dans son ensemble.

Autre point qui mérite d’être noté: plusieurs études ont établi que la performance des gens lors de divers tests étaient influencée par les stéréotypes sociétaux, donc si les femmes sont moins douées pour les tâches manuelles, c’est aussi en partie parce qu’elles sont influencées par le cliché selon lesquelles elles sont moins douées pour les tâches manuelles.

Dans tous les cas, il aurait été plus efficace de la part de la directrice d’Ikea Allemagne d’expliquer que le fait que les hommes ou les femmes soient meilleurs pour monter un meuble Ikea ne voulait rien dire, à cause de l’influence du conditionnement culturel et du poids des préjugés, plutôt que de lutter contre le sexisme avec des arguments spécieux, qui, une fois démontés, laissent toute la place au sexisme pour se redéployer de nouveau.

Slate.fr

Newsletters

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Pas un jour ne passe sans que l'on ne voit sur les réseaux sociaux le visage tuméfié d'une nouvelle victime d'actes de violence gayphobe, lesbophobe ou transphobe. Jusqu'à quand continuerons-nous de le supporter?

Parmi les sans-abri de Los Angeles, des milliers de jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles

Parmi les sans-abri de Los Angeles, des milliers de jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles

Dans la ville aux 58.000 SDF, d’autres chiffres donnent le tournis: 6.000 seraient issus de la communauté LGBT+. En première ligne de cette population doublement marginalisée, les jeunes.

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

Sur les 54 000 nouveaux cas annuels de cancers du sein, 10% touchent des femmes de moins de 40 ans. L’association Jeune et Rose leur est dédiée.

Newsletters