Économie / Monde

Il désespère après avoir été nommé «meilleur nouveau restaurant des États-Unis»

Temps de lecture : 2 min

Pour ce restaurateur américain, sa récompense n’a pas été synonyme de réussite.

Ari Taymor et un de ses plats | Capture d'écran Alma-la.com
Ari Taymor et un de ses plats | Capture d'écran Alma-la.com

C’est l’histoire d’un chef complétement dépassé par la notoriété soudaine de son restaurant. Quand Ari Taymor, un jeune et talentueux cuisinier a lancé Alma, et sa quarantaine de couverts installés dans le centre de Los Angeles, il ne se doutait pas de l’attention qui allait suivre. Entre 2012 et 2014, Ari reçoit les prix de «meilleur nouveau restaurant» par le magazine Bon Appétit, «meilleur nouveau chef» par le site Food & Wine, il est également cité parmi «les dix meilleurs restaurant de Los Angeles» par le Los Angeles Magazine. Au début pour lui, les critiques sont dithyrambiques: «Le chef le plus excitant dans la ville. Vous devez essayer Alma», disait le site Tasting Table ou «Le restaurant le plus excitant à Los Angeles. Taymor est le nouveau prince de la cuisine californienne», expliquait le site Blackbook.

Cependant, tous ces compliments vont finir pas porter préjudice au restaurant, comme l’explique le chef dans la tribune publiée par Vice:

«Ce qui est ironique, cependant, était que toute l'attention médiatique positive que nous avons reçu a fini par avoir des conséquences très négatives sur le long terme […] Nous étions toujours les mêmes, et Alma était toujours la même. Idem pour le restaurant de papa ouvert dans le centre de LA pour moins de 50.000 dollars. Mais dès que la presse s'est emparée du sujet, les gens ont commencé à nous haïr pour les mêmes raisons qu'ils nous appréciaient, ce qui a créé une sorte de deux poids deux mesures avec les autres concurrents.»

Il dénonce aussi le flot de commentaires négatifs qui a déferlé sur les sites d’avis:

«On dirait qu'ils sont venus juste pour l'écriture de merde à propos nous sur Yelp, ou tout simplement pour dire à leurs amis à quel point nous ne méritions pas nos prix. C’est devenu vraiment frustrant de cuisiner dans cet environnement et ça m'a vraiment déprimé pendant un certain temps.»

Ari a néanmoins refusé de céder au défaitisme et va tenter une nouvelle aventure en installant son restaurant pour trois mois dans le Standard, un prestigieux hôtel d’Hollywood.

Slate.fr

Newsletters

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Privé de «Davos du désert»

Privé de «Davos du désert»

Faut-il croire à l'ordinateur quantique? Si oui, pour quand?

Faut-il croire à l'ordinateur quantique? Si oui, pour quand?

Dans cet épisode de DEMAIN. DÈS MAINTENANT, nous abordons une question assez vertigineuse, puisqu’il s’agit de l’ordinateur quantique. De quoi s’agit-il exactement? Faut-il y croire? Quel objectif peut justifier de relever un tel défi? Où en...

Newsletters