Science & santéSports

Pour la bonne cause, il fait 50 «ironmans» en cinquante jours

Repéré par Christophe-Cécil Garnier, mis à jour le 17.12.2015 à 12 h 41

Repéré sur Esquire, GQ, Triathlete

Un ironman est une course de triathlon où l'ont doit enchaîner natation, cyclisme et marathon sur une distance de 226 kilomètres.

Un Ironman en Argentine | Jimmy Baikovicius via Flickr CC License by

Un Ironman en Argentine | Jimmy Baikovicius via Flickr CC License by

James Lawrence dégage une sacré impression quand il court, nage et pédale torse nu avec ses lunettes d'un jaune pétant. Car James Lawrence est un phénomène, un «monstre» qui a couru cinquante ironmans en cinquante jours entre le 6 juin et le 25 juillet 2015, comme le raconte le magazine Esquire.

Pour ceux qui l'ignorent, un «ironman» est des formes les plus ardues du triathlon, composé de 3,86 kilomètres de natation, 42,195km de course à pied et 180,2km de cyclisme. En faire un relève déjà de l'exploit. Alors en faire cinquante... L'idée est venue à l'Américain en 2012, après avoir bouclé trente ironmans dans onze pays en une année: 

«Je sentais que je ne m'étais pas poussé à bout physiquement et mentalement et je sentais que je n'avais pas soulevé autant d'argent que je le souhaitais pour des organisations caritatives. Je sentais que ce n'était pas la fin de mon histoire. Que j'avais autre chose à effectuer. Instantanément, l'idée du 50-50-50 m'est arrivée.»

L'idée du 50-50-50 était donc de faire cinquante ironmans, en cinquante jours dans cinquante États des États-Unis. Le tout pour une organisation caritative, la Jamie Oliver Food Foundation qui se bat contre l'obésité et pour l'éducation nutritionnelle. Pari tenu, puisqu'en le réussissant, James Lawrence a apporté 70.000 dollars à la Fondation (64.000 euros). 

Un exploit... non homologué

Comment a-t-il réussi? En s'entraînant énormément, poussant son esprit et son corps au point d'être au bord de l'épuisement, avant de récupérer. «On a fait passer mon corps à travers de nombreuses phases de stress, de récupération et d'adaptation», a indiqué James Lawrence à Esquire. Par exemple, habituer le corps du «cow-boy de fer» à faire des exercices pendant douze à quatorze par jour en dormant très peu, allant parfois jusqu'à trente-neuf heures d'entraînements par semaine.

Évidemment, une telle dépense d'énergie impliquait de manger en conséquence, tout en respectant le but du projet. «Nous avons essayé de manger aussi proprement que nous le pouvions, détaille Lawrence, encadré par des coachs personnels. Nous voulions montrer ce que l'on peut faire avec de la bonne nourriture. Je mangeais un paquet de bonne graisse: avocats, noix, tout ce que je pouvais. Je mangeais entre 9.000 et 11.000 calories par jour».

«Mon corps était devenu une telle machine à combustion que je pouvais manger n'importe quoi», a-t-il même déclaré au magazine GQ.

Même si c'est un exploit, le parcours de James Lawrence n'a pas été homologué. Le coureur, après un accident dans le Missouri le 24 juin, a fait la deuxième partie de son triathlon sur un vélo elliptique (d'intérieur en d'autres termes), comme l'explique le site Triathlete. En France, un résident du Loir-et-Cher, Ludovic Chorgnon, a également effectué un exploit de ce type, parcourant quarante-et-un ironmans (comme le nombre de son département) en un nombre équivalent de jours. Le précédent record était de 10 ironmans consécutifs.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte