CultureBoire & manger

Six coffrets et sept spiritueux à (se faire) offrir pour Noël

Christine Lambert, mis à jour le 17.12.2015 à 14 h 29

Suite et fin de notre sélection liquide spécial cadeaux de fin d’année, sous forme de coffrets ou de flacons.

La Christmas list facile à dénicher à la dernière minute de Christine Lambert | Photo: Christine Lambert

La Christmas list facile à dénicher à la dernière minute de Christine Lambert | Photo: Christine Lambert

D’après la dernière étude Deloitte, 25% des paquets glissés sous les branches basses du sapins vont s’acheter dans les dix derniers jours avant Noël. Et soudain je me sens moins seule. C’est donc à vous, mes semblables, vous, esprits libres et zen qui préférez affronter la cohue des magasins surchauffés par des températures très largement au-dessus des moyennes saisonnières plutôt qu’anticiper un événement qui depuis 2000 ans tombe pourtant à la même date bon an, mal an, c’est à vous, disais-je, que je dédie cette Christmas list qui vous sauvera sans doute chez le caviste ou au rayon boissons du supermarché. À quatre ou cinq items près, tous ces spiritueux dignes de votre intérêt sont extrêmement faciles à dénicher à la dernière minute.

1.Un coffret métal hurlantJack Daniel’s

Je ne vous fais pas l’affront de vous présenter la marque de whiskey américain la plus vendue et la plus célèbre au monde. Si? Alors, pour ceux d’entre vous qui auraient passé les cinquante dernières années dans une communauté amish coincée dans un abri anti-atomique hermétique au monde extérieur, ce n’est pas du scotch, ce n’est pas du bourbon: c’est du Jack, 100% Tennessee whiskey. Et le père Noël peut vous le livrer enfermé dans un coffret métal, avec ou sans les verres pour trinquer. C’est plus facile à emballer.

Ce n’est pas du scotch, ce n’est pas du bourbon: c’est du Jack, 100% Tennessee whiskey | DR

40%, 21,50 euros (30 euros avec les deux verres).

2.Un coffret malin comme un...Monkey Shoulder en cage

Lancé il y a dix ans, ce whisky écossais de la maison William Grant s’est agrippé au succès comme à une liane. Monkey Shoulder est un blended malt, autrement dit un assemblage de single malts provenant de différentes distilleries, trois en l’occurrence: Glenfiddich, Kininvie et Balvenie (bon, ok, 90% de Kininvie). Et l’un des meilleurs rapports qualité/prix qu’on puisse trouver dans cette catégorie de malts fruités, onctueux et ronds en bouche qui fait merveille en cocktails. Le père Noël, encore lui, se fait un plaisir de le livrer dans une cage en métal pas toc, mais dont on se demande bien ce qu’on pourra en faire par la suite. J’essaierai bien d’y lâcher un poisson rouge, pour voir…

Monkey Shoulder est un blended malt | DR

40%, 23,50 euros.

3.Un coffret designChivas 18 ans x Pininfarina

Le blend de luxe écossais fait de nouveau appel au designer automobile italien pour tailler à son 18 ans un costume de fête. Un objet comme les affectionnent les collectionneurs (800 exemplaires) avec, dans un coffret bleu nuit effet métallisé, deux verres, une pince à glaçon, un double moule en silicone pour confectionner des iceballs en forme de grosses gouttes gravée du chiffre 18, comme l’âge de la bouteille, qui améliore le cadeau. On ne dira jamais assez à quel point Chivas est une fantastique matière à cocktails, et que les sceptiques tentent cet Old Fashioned tout simple: une petite cuillérée à café rase de sucre de canne fondu sur deux ou trois traits de Scrappy bitter Chocolat, un shot de Chivas 18 ans, un zeste d’orange et un iceball, en forme de goutte ou pas. La masse de la glace rafraîchira le cocktail sans le diluer trop vite.

Le coffret de ce blend de luxe écossais est un objet comme les affectionnent les collectionneurs | DR

40%, 295 euros.

4.Un coffret pour jouer au docteurGlenfiddich Charles Gordon’s Bag

Noël, c’est aussi du rêve

«Ce que le whisky ne peut soigner est incurable», prétend un dicton écossais. Glendiffich a poussé la logique jusqu’à enfermer trois de ses flacons dans une sacoche de toubib. Pas n’importe quels flacons: le 12 ans, star mondiale, le Malt Master Edition affiné en fûts de xérès et l’Anniversary Vintage exclusif, sélectionné pour les 125 ans de la distillerie de Dufftown. Pas n’importe quelle sacoche: une reproduction exacte du sac que trimballa Charles Gordon, le gendre de William Grant, fondateur de Glenfiddich, lors d’un périple qui l’expédia onze mois durant jusqu’en Extrême Orient pour convertir les nouveaux marchés aux dieux du malt. Et pas n’importe quelle reproduction: un sac entièrement réalisé à la main à dix exemplaires seulement par le maroquinier laContrie. Je vous le pose ici, parce que, Noël, c’est aussi du rêve.

Reproduction exacte du sac de Charles Gordon, le gendre du fondateur de Glenfiddich | DR

Mais pour retourner agréablement aux réalités terrestres, le 12 ans est unique en son genre et disponible par millions.

7.000 euros.

5.Un coffret japonais chicNikka From The Barrel

Cela ne vous aura pas échappé, l’actualité en matière de whiskies japonais se fait très pauvre, l’Archipel étant victime d’un succès dément qui assèche ses stocks plus rapidement que le réchauffement climatique. Dans ces moments, le sage se tournera vers les valeurs sûres, et la petite bouteille carrée du Nikka From The Barrel s’y loge en bonne place. Ce blend emblématique puissant et séducteur vient accompagné pour les fêtes de fin d’année, avec sa flasque en acier gravée de la même étiquette dans la masse. Les petits détails font les grandes renommées.

La petite bouteille carrée du Nikka From The Barrel est une valeur sûre | DR

51,4%, 53 euros.

6.Un coffret du petit chimisteHavana Club Ron Old Fashioned

Vous vous souvenez de cette époque (pas si) lointaine où vous réclamiez à Noël le coffret du petit chimiste ? Réjouissez-vous, vous avez grandi, et avez le droit de manier les substances volatiles à présent. Dans ce solide coffret en chêne, un flacon de rhum Havana Club Añejo 7 ans, six sous-verres en carrés de faïence, quatre essences aromatiques naturelles et un livret de recettes de cocktails vous autorisent toutes les expériences aromatiques. Commencez par l’exercice du Ron Old Fashioned.

Vous avez le droit de manier les substances volatiles à présent | DR

40%, 59 euros

7.Un gin pointuLe Gin de Drouin

Je vous ai déjà raconté la distillerie Drouin, qui élabore en Pays d’Auge les calvados les plus divins. Eh bien, voilà que Guillaume, troisième génération d’une famille qui s’est consacrée à l’art des spiritueux vieillis, nous concocte un gin. Un gin, oui, mais un gin couture, fruit d’un assemblage inédit, et travaillé comme un grand calva puisque de l’eau-de-vie de cidre produite avec la trentaine de variété de pommes du verger vient le renforcer, ainsi que huit aromates macérés et distillés un par un, à différents degrés, avant d’être mariés. Croyez-moi, personne ne s’est jamais donné autant de mal pour produire la gnôle chère à Dickens. Mais la finesse du résultat vous bluffera, avec une finale très herbacée qui redresse d’une façon guillerette une belle rondeur. Vos gin-to ne seront plus jamais les mêmes.

Personne ne s’est jamais donné autant de mal pour produire la gnôle chère à Dickens | DR

42%, 36 euros.

8.Un rhum d’agitateurHSE VSOP

On sent la touche magique

À la Martinique, l’Habitation Saint-Étienne produit sans doute ce qui se fait de plus novateur dans le rhum aujourd’hui: des finitions en fûts de whisky, un rhum blanc millésimé (le seul au monde) réduit sur deux ans (on trouve encore le 2010, une licorne dans un champ de canne!), etc. Mais même quand HSE s’illustre sur un registre plus classique, on sent la touche magique, et ce VSOP plutôt sec, qui exhale la banane fraîche et le réglisse boisé (au bon sens du terme), mérite une place de choix à table. Sortez-le sur un moelleux au chocolat.

Ce VSOP mérite une place de choix à table | DR

45%, 35 euros.

9.Un rhum de shakersTrois Rivières 355 ans

Son flacon bleu lagon sérigraphié fait souffler les alizées, et son jus à 55% vol. soulève la tempête dans le verre. La plantation Trois Rivières, la plus grande de Martinique, célèbre ses 355 dans l’année qui s’achève avec une édition limitée spectaculaire. Un rhum blanc agricole tout en muscle et en fraîcheur, qui en dégustation chatouillera les desserts aux agrumes, mais se révélera pleinement en mixologie. Testez-le en daiquiri ou en ti punch, tout simplement, intensément, et mettez les voiles. Attention, l’invitation au voyage est traître.

À tester en daiquiri ou en ti punch | DR

55%, 32 euros.

10.Un rhum de spéculateursCaroni Millennium 2000

Caroni, c’est un peu dans le rhum l’équivalent de Brora ou de Port Ellen aux yeux des fous de whisky: une distillerie iconique (sur Trinidad) et fermée, dont les stocks s’écoulent au compte-goutte à des prix qui soufflent 20% tous les trois mois. Moyennant quoi, les spéculateurs s’en emparent plus vite que les amateurs, et les quilles aux provenances incertaines font surface ici et là. Celui-ci, c’est du vrai, du mythe liquide sous verre, embouteillé par Velier (qui a racheté le plus gros des fûts) à 60% vol. et en flacon d’1,5 litre! Du pur Caroni en baril, pétroleux à souhait, fruité et dense, bestial, qui vous laisse en bouche l’impression d’avoir léché l’asphalte après une pluie tropicale. Vous sentez les grains de goudron coincés dans les molaires? C’est bon signe. Signe que vous avez ouvert la bouteille pour la partager au lieu d’attendre de pouvoir la revendre au prix fort.

Du mythe liquide sous verre, embouteillé par Velier | DR

60%, 350 euros.

11.Un rhum de piratesPlantation Original Dark

Si je vous dis qu’à Cognac s’élaborent quelques-uns des meilleurs rhums au monde, vous me répondrez qu’il est peut-être temps d’écrire sur les eaux minérales (je cite ma mère…). Et pourtant. Je persiste, la capitale des eaux-de-vie françaises héberge un iconoclaste, Alexandre Gabriel, qui, après la saison du cognac distille un gin formidable (Citadelle), concocte un triple sec de malade et affine puis assemble dans ses chais les rhums Plantation, dont on se refile le nom de bouche à oreille. Le Dark Original, chouchou des bars à cocktails, réunit des jus de Jamaïque et de Trinidad puissamment aromatiques, avec des notes épicées (cannelle, girofle, gingembre) et un fondant capiteux, subtilement caramélisé, dans la pure tradition espagnole. À ce prix, vous aurez l’impression d’avoir volé le caviste.

C’est un triple sec de malade | DR

40%, 23,50 euros.

12.Un armagnac d’esthèteDartigalongue 15 ans

Ce fut, au milieu de plusieurs merveilles dans la gamme, l’une des belles découvertes du salon Quintessence consacré aux spiritueux français en septembre dernier, et l’une des preuves, si besoin était, que notre pays regorge d’eaux-de-vie somptueuses pour qui veut se donner la peine d’y tremper la langue. Héritiers d’une longue tradition née dans le Gers en 1838, la sixième génération de la famille Dartigalongue continue à assembler les bas armagnacs les plus nobles. Ce 15 ans unit trois millésimes, dont le plus jeune lui donne son âge: 1989 (à 70%), 1977 (20%) et 1972 (10%). L’attaque franche en bouche n’est que le prélude à un feu d’artifice aromatique, sur des notes fruitées généreuses en fruits noirs et pruneau. Une gourmandise raffinée.

Une gourmandise raffinée | DR

40%, 62 euros.

13.Un cognac pour tutoyer les angesJean Fillioux Cigar Club

Le petit Jésus en culotte de velours qui vous glisse dans la gorge

J’ai découvert les cognacs Fillioux en visitant la distillerie l’an passé. Et, ma foi, je ne m’en suis toujours pas remise: il faudra bien que je me décide un jour à partager l’expérience avec vous. En attendant, c’est un cognac d’exception que je consens à partager plus particulièrement avec les amateurs de bons cigares, puisqu’il a été élaboré pour eux. Souple et élégant en bouche, il déploie un fruité d’une surprenante puissance, que son nez racé ne laisse pas soupçonner. Cuir, pruneau, marmelade d’orange compotée serti d’une pointe de chocolat noir s’épanouissent dans une finale interminable qui tiendra tête au tabac. Le petit Jésus en culotte de velours qui vous glisse dans la gorge, aurait dit mon grand-père. Et je vais de ce pas déboucher ma fiole de Cigar Club pour trinquer à sa santé, et à la vôtre.

Un cognac d’exception | DR

40%, 109 euros.

Christine Lambert
Christine Lambert (175 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte