Monde

Bernie Sanders a autant de supporters que Donald Trump, mais il passe vingt fois moins à la télé

Temps de lecture : 2 min

Le rival d'Hillary Clinton à la primaire démocrate s'est plaint de la surmédiatisation de la campagne du candidat favori chez les Républicains.

Bernie Sanders, le 14 décembre dans le New Hampshire I REUTERS/Brian Snyder
Bernie Sanders, le 14 décembre dans le New Hampshire I REUTERS/Brian Snyder

Avec ses déclarations outrancières sur les musulmans et les Mexicains, le candidat républicain Donald Trump est parvenu à capter la majeure partie de l'attention médiatique ces derniers mois aux États-Unis. Un rapport sur le temps d'antenne consacré à chaque candidat par les trois principales chaînes de télévision américaines confirme l'immensité du déséquilibre: Trump a été en moyenne plus présent sur les chaînes CBS, NBC et ABC que tous les candidats démocrates additionnés. Au total, pas moins de 27% de la couverture de campagne sur ces chaînes était dédiée à Trump.

Sur Twitter, le candidat aux primaires démocrates Bernie Sanders, qui défend un modèle qu'il qualifie de «socialisme démocratique», s'est énervé du peu de temps que la chaîne ABC lui a jusqu'ici consacré par rapport à Trump:

ABC News a passé 81 minutes sur Donald Trump et juste vingt secondes sur notre campagne. Vous avez bien lu. Secondes.

Déséquilibre démocratique

Si on additionne les minutes pour les trois chaînes, on trouve qu'elles ont consacré 234 minutes à Trump contre dix minutes pour Sanders. Soit vingt-trois fois moins pour le candidat qui défend des idées comme l'assurance maladie publique universelle et la gratuité des études.

Pourtant, si on regarde leur proportion de sympathisants dans leur camp respectifs, les deux candidats sont au même niveau: 31% des électeurs démocrates soutiennent Sanders, contre 30,4% des électeurs républicains pour Trump.

De nombreux journalistes ont souligné qu'une des différences qui explique le déséquilibre médiatique est que Trump est premier dans les primaires républicaines, alors que Sanders est largement devancé par Hillary Clinton chez les démocrates.

Mais la centralité de Trump demeure problématique pour le débat démocratique. Comme l'explique John Nichols dans The Nation, même lorsque les médias parlent des candidats démocrates, c'est souvent pour évoquer leur réaction aux propos de Trump. Ce qui passe à la trappe, ce sont les propositions concrètes, comme par exemple, l'idée récemment avancée par Hillary Clinton de créer une banque nationale pour investir dans les transports publics.

Dans Vox, Matthew Yglesias souligne que le déséquilibre médiatique donne une image déformée des préoccupations des Américains:

«Il est certes significatif de voir que de nombreux républicains soutiennent le message de Trump et la cause du nationalisme xénophobe, mais en réalité, un aussi grand nombre d'Américains soutiennent le message de Sanders et sa vision d'un État providence à la Scandinave.»

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters