Monde

Hillary Clinton a exposé son plan contre Daech

Temps de lecture : 2 min

La candidate à la primaire démocrate a lié le contrôle des armes avec la lutte contre le terrorisme.

La candidate démocrate Hillary Clinton durant son meeting à Minneapolis dans le Minnesota, le 15 décembre 2015 | REUTERS/Craig Lassig
La candidate démocrate Hillary Clinton durant son meeting à Minneapolis dans le Minnesota, le 15 décembre 2015 | REUTERS/Craig Lassig

La tuerie à San Bernardino, perpétrée par Syed Farook et sa femme Tashfeen Malik, a provoqué de nombreuses déclarations, comme celle à l’emporte-pièce de Donald Trump, candidat à la primaire républicaine, qui a souhaité «l’arrêt total et complet de l’entrée des musulmans aux États-Unis» (un avis partagé par d’autres candidats). La candidate à la primaire démocrate, Hillary Clinton, a tenu un discours différent contre le groupe État islamique, proposant un plan en cinq points pour contrer la radicalisation sur le territoire américain et «découvrir et démanteler» les complots terroristes avant qu’ils ne se réalisent, comme l’explique le Guardian:

«Et nous vaincrons ces nouveaux ennemis comme nous avons vaincu ceux qui nous avaient menacés par le passé, car ce n’est pas suffisant de contenir l’EI. Nous devons vaincre l’EI –briser son élan et ses arrières», a indiqué l’ancienne secrétaire d’État.

Contre-terrorisme

Des déclarations qui coïncident avec un sondage de NBC News et du Wall Street Journal, cité par le Guardian, qui montre que le terrorisme et la sécurité nationale sont les principales préoccupations des Américains. Hillary Clinton a donc proposé de «renforcer le processus de sélection des demandeurs de visas ayant visité des pays connus comme étant des foyers du terrorisme». La candidate en a profité pour tacler ses adversaires républicains, reprenant les propos de Ted Cruz (repérés et critiqués par le site Vox) qui avait préconisé de «tapisser» Daech de bombes:

«Promettre de tapisser de bombes jusqu’à ce que le désert brille ne vous donne pas l’air d’être plus fort –cela vous donne l’air d’être complètement fou.»

Elle a également enjoint les entreprises technologiques américaines à «rejoindre le combat» en bloquant les sites djihadistes et les vidéos de propagande, assurant aussi que les musulmans américains sont «cruciaux» dans le combat susmentionné.

Surtout, Hillary Clinton a établi un lien entre une réforme du contrôle des armes et les efforts du contre-terrorisme, appelant à une interdiction des armes d’assaut et une limite des chargeurs à haute capacité. «J’ai une nouvelle pour vous, a-t-elle indiqué après avoir questionné la non-volonté des républicains d’empêcher les personnes présentes sur la «No Fly List» de pouvoir acquérir une arme. Les terroristes utilisent des armes pour tuer des Américains».

Slate.fr

Newsletters

Au Liban, des manifestations inédites s'emparent du pays

Au Liban, des manifestations inédites s'emparent du pays

L'annonce d'une taxe WhatsApp a poussé des centaines de milliers de personnes dans la rue. Son annulation n'a rien entamé au mouvement, qui réclame la chute du régime.

Face au changement climatique, des assureurs de plus en plus frileux

Face au changement climatique, des assureurs de plus en plus frileux

L'augmentation et l'intensification des chocs climatiques extrêmes entraînent déjà le retrait des assureurs dans certaines zones.

Pourquoi les États-Unis ne doivent pas entrer en guerre contre l'Iran

Pourquoi les États-Unis ne doivent pas entrer en guerre contre l'Iran

Tweets menaçants, discours belliqueux, attaques de drones et de tankers notamment dans le Golfe Persique. À quoi bon, puisque ces deux puissances ne souhaitent pas déclencher de conflit?

Newsletters