Science & santé

Vitraux et fenêtres pourront bientôt changer de couleur à la demande

Repéré par Robin Verner, mis à jour le 21.12.2015 à 13 h 58

Repéré sur Gizmodo

Tout est une question de nanoparticules. Et d'interrupteur.

Vitraux de l'abbatiale Saint-Ouen à Rouen | Frédéric Bisson via Flickr CC License by

Vitraux de l'abbatiale Saint-Ouen à Rouen | Frédéric Bisson via Flickr CC License by

Vous en rêviez probablement et une équipe de scientifiques est sur le point d’y parvenir: on pourra bientôt changer instantanément la couleur d'une fenêtre teintée, au moyen d’un interrupteur. Une révolution qui s'appliquera tout particulièrement aux vitraux (le curé de la paroisse la plus proche de votre domicile lui aussi en rêve probablement). Ce sont des chercheurs de l’université Rice (à Houston, au Texas, où a notamment étudié le célèbre milliardaire-producteur-pilote Howard Hughes) qui sont à l’origine de l’élaboration du procédé permettant ce phénomène. Leur étude est relayée par Gizmodo.

Les scientifiques comptent, en fait, faire jouer les nanoparticules au sein de ces vitraux  au moyen de «ponts chimiques» constitués par de fines couches d’argent. Les nanoparticules ont ceci de spécial qu’elles sont à la croisée du quantique et du macroscopique et peuvent absorber la lumière. Les nanoparticules d’or, par exemple, captent la luminosité bleue et jaune. Les nanoparticules d’argent quant à elles recueillent et diffractent certaines lumières lorsqu’elles sont très intenses. Ce jeu d’absorption-réflexion permet alors de varier les teintes et les lueurs. Pour passer alors d'une couleur à l'autre, il faut activer les ponts chimiques au moyen de l'électricité. 

L'odyssée du vitrail

C’est en étudiant les vitraux et leur composition que les scientifiques de l’université Rice ont imaginé leur stratagème. Les nanoparticules d’or et d’argent sont ainsi responsables respectivement de rouge profond et des nuances d’ocre qui peuplent ces lucarnes sur lesquels sont gravées les plus belles pages d’iconographie religieuse depuis le Moyen-âge. Au départ, chargés d’édifier et enseigner les principaux épisodes bibliques à des populations illettrées, on trouve depuis quelques temps de nombreuses utilités inattendues aux vitraux. 

Par exemple, on sait à présent que, lorsqu’ils sont chauffés par les rayons du soleil, ces carreaux faits notamment de verre fondu, peuvent purifier l’air environnant. Leurs nanoparticules sont à même, à ce moment là, de supprimer les composantes chimiques volatiles qui peuvent infester l’atmosphère. Les bâtisseurs de cathédrale avaient décidément le nez creux. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte