Monde

Sur Google, «tuer» est un des mots les plus souvent associé à musulmans

Temps de lecture : 2 min

Après les attentats de Paris et San Bernardino, les recherches haineuses ont augmenté sur Internet. Et deux journalistes ont trouvé une corrélation entre celles-ci et l'augmentation des crimes haineux.

I Hate It When This Happens | Jeff via Flickr CC License by

Quelques heures après les attaques terroristes à San Bernardino aux États-Unis, deux journalistes du New York Times ont remarqué que parmi les mots les plus associés à musulmans sur Google était «tuer», et que ces deux mots étaient aussi cherchés que le recette du martini, ou les symptômes de la migraine. Ils se sont donc demandés si c'était des simples recherches ou quelque chose de plus profond:

«En utilisant des données entre 2004 et 2013, nous avons découvert une corrélation entre les recherches anti-musulmans et les crimes de haine contre les musulmans. [...] Quand les recherches islamophobes sont au plus haut, comme en 2010 lors de la controverse autour d'un mosquée à Ground Zero, ou à chaque date anniversaire du 11 septembre, les crimes haineux sont également en hausse.»

Les deux journalistes se sont également intéressés à pourquoi des gens font des recherches comme «Je déteste les musulmans» et estiment que la barre de recherche sert de confessionnal.

«Les crimes haineux peuvent sembler chaotiques et imprévisibles, une conséquence de connexions neuronales qui se produisent dans les cerveaux de jeunes hommes en colère. Mais on peut expliquer l'augmentation et la baisse de ces crimes haineux contre les musulmans selon ce que les gens cherchent sur Google à propos des musulmans.»

Cette enquête et les solutions qu'elle propose sont à retrouver en entier et en anglais sur le site du New York Times.

Newsletters

«La petite fille brûlée au napalm» a reçu son dernier soin, cinquante ans après la célèbre photographie

«La petite fille brûlée au napalm» a reçu son dernier soin, cinquante ans après la célèbre photographie

Symbole de la guerre du Vietnam, Kim Phuc se définit aujourd'hui comme «une survivante qui appelle à la paix».

Mon Europe à moi: «Je souhaite que l'UE ait plus de poids en matière de diplomatie»

Mon Europe à moi: «Je souhaite que l'UE ait plus de poids en matière de diplomatie»

L'Union européenne a beau avoir un haut représentant aux affaires étrangères, elle reste peu audible sur la scène internationale.

Mon Europe à moi: «Il faut que l'UE tape du poing sur la table pour défendre la liberté de la presse»

Mon Europe à moi: «Il faut que l'UE tape du poing sur la table pour défendre la liberté de la presse»

Le journalisme indépendant et le pluralisme des médias sont menacés dans de nombreux pays de l'Union européenne. Pourtant, celle-ci semble impuissante. Jusqu'à quand?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio