Culture

«Star Wars» a beaucoup (beaucoup) de similarités avec la BD «Valérian»

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 16.12.2015 à 9 h 45

Repéré sur Popular Mechanics, Nothing but comics

Publiée près de dix ans avant «Star Wars», cette bande dessinée aurait très bien pu tomber dans les mains de George Lucas.

Extrait d'un dessin de «Valérian et Laureline», par Pierre Christin, Jean-Claude Mézières et Évelyne Tranlé (DARGAUD)

Extrait d'un dessin de «Valérian et Laureline», par Pierre Christin, Jean-Claude Mézières et Évelyne Tranlé (DARGAUD)

C’est le prochain grand projet de Luc Besson: adapter au cinéma l’une des aventures de Valérian, héros d’une bande dessinée française. Après Le Cinquième élément, lui-même légèrement inspiré de la BD, il s’agira du grand retour de Besson dans la SF. Mais quand il sortira au cinéma en juillet 2017, il se peut que ce film vous en rappelle un autre, et pas n’importe lequel: Star Wars, dont le septième épisode sort ce mercredi 16 au cinéma.

En effet, Valérian et Laureline (son nom original) narre les aventures de deux héros dont la mission consiste à voyager dans l’espace et dans le temps pour combattre de grands méchants. «Avec un space opera impliquant d’énormes vaisseaux et des extra-terrestres étranges, les comparaisons avec Star Wars étaient inévitables», constatait le site Popular Mechanics il y a quelques mois.

Sauf qu’il y a un hic: Valérian a été publié à la fin des années 1960, bien avant la saga de George Lucas. Et si ce dernier a régulièrement évoqué les influences d’Akira Kurosawa ou de Flash Gordon, il n’a jamais mentionné d’éventuels idées puisées dans la bande dessinée de Pierre Christin, Jean-Claude Mézières et Évelyne Tranlé. Ce qui est étonnant quand on se essaye de comparer les deux œuvres, ce qu’a fait @theshrillest sur Twitter quand Besson a annoncé l’adaptation de la BD. La série de tweets, qu’il a faite à l’époque et repérée par Nothing but comics, est assez édifiante.

«Et voici d’autres extraits de Valérian et Laureline. Vous voyez quelque chose de familier?», écrit-il en montrant la fameuse cryogénisation, bien avant celle de Han Solo dans L’Empire contre attaque


«Et voici Laureline, prisonnière d’un despote obèse sur un yacht volant, forcée de porter des habits d’esclave.»

Là encore, et même si la costumière de Star Wars dément l’influence, difficile de ne pas voir de parallèle avec la princesse Leia quand Jabba le Hutt la retenait prisonnière, comme le souligne ce montage réalisé par Nothing but comics:

George Lucas n'a jamais répondu

Ces similarités ont évidemment été signalées il y a plusieurs années de cela, le site Shotglass Digital ayant par exemple publié des planches de Valérian montrant ces ressemblances. Mais les États-Unis l’ont découvert il y a quelques années seulement lorsque la bande dessinée a été traduite en anglais.

Les auteurs de Valérian, eux, manifestent leur colère depuis longtemps. En 1977, Jean-Claude Mézières, dessinateur de la BD, lance en sortant de la projection du premier Star Wars: «Merde, on dirait du Valérian», a-t-il raconté au site linternaute.com. Furieux, il aurait ensuite tenté de contacter Lucas, sans jamais recevoir de réponse ou d’explications en retour. Mais par la suite il a décidé de ne plus faire de la concurrence au film pour ne pas risquer de se faire dépasser par l’ampleur de la saga. Quelques temps plus tard, un dessin inédit sera même publié dans le magazine Pilot, où l’on voit Leia et Luke converser avec Valérian et Laureline, sans rancune:

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte