Science & santé

«Je lui ai menti. J'ai dit que j'avais 18 ans et que j'étais étudiante en prépa»

Lucile Bellan, mis à jour le 29.12.2015 à 11 h 52

Cette semaine, Lucile conseille Victoria, une lycéenne qui a craqué dans un bar pour un homme de 29 ans et hésite maintenant à lui dire toute la vérité.

Charlotte du Val d'Ognes | Marie-Denise Villers via Wikicommons CC License by

Charlotte du Val d'Ognes | Marie-Denise Villers via Wikicommons CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Je suis en proie à un gros dilemme.

Voilà ce qu'il m'arrive: il y a un mois, j'ai rencontré un mec super dans un bar. Il m’a plu énormément, il m'a même demandé mes coordonnées. Pas de chance, ce soir-là, je me suis fait voler mon téléphone. Il m’a dit, au passage, avoir 29 ans. Or, j'en ai 17. Je sais, cela choque, mais je ne considère personnellement pas le passage à la majorité comme un truc «sacré» sans lequel toute relation est pédophilie pure... Enfin bon, c'est un autre débat.

Bref, j'étais dégoûtée de ne plus avoir ses coordonnées téléphoniques. Je ne lui ai pas parlé pendant un mois en essayant de me convaincre qu'il n'était pas pour moi. Mais le souci c'est que je ne suis pas arrivée à l'oublier. Ni à m'intéresser à d'autres hommes. Donc, je lui ai finalement renvoyé un message. Il était très content et on n'arrête pas de parler depuis.

Et voilà où intervient le gros souci: comme quand je l'ai rencontré il me plaisait bien, mais que je ne savais pas s'il était si ouvert d'esprit que ça, je lui ai menti. J'ai dit que j'avais 18 ans et que j'étais déjà étudiante en prépa, ce qui est faux car je suis en terminale. Il insiste vraiment pour me revoir, mais je sais que le fait qu'une personne ne soit pas majeure fait fuir les gens, d'autant plus qu'il est dans le droit (cerise sur le gâteau). Bref, j'accepte à moitié et je le fais poireauter mais il ne comprend pas trop pourquoi. J'en fais tout un plat non pas parce que j'imagine déjà quelque chose d'hyper sérieux etc., mais parce que je déteste mentir. Et puis je n'ai pas envie de tout gâcher.

Je sais que le fait qu'une personne ne soit pas majeure fait fuir les gens, d'autant plus qu'il est dans le droit (cerise sur le gâteau)

La seule solution que j'ai trouvée, c'est d’accepter de le voir à condition de ne parler que de lui. Ça l'a amusé mais le rend encore plus curieux du coup. De cette façon, ce ne serait pas mentir, mais juste ne pas dire la vérité provisoirement, ce qui moralement est pour moi supportable. Ça peut paraître assez absurde une conversation qui ne tourne qu'autour d'une même personne, mais ce serait un moyen de vérifier qu'il est assez ouvert. Si ce n'est pas le cas, alors j'interromprai tout. Ça ne servirait à rien que je continue à fréquenter un homme comme ça. Si je le juge suffisamment ouvert, alors je lui dirai tout, car je considère qu'aucune relation ne peut être fondée sur le mensonge. Même si cela peut paraître égoïste, car je risque de le rejeter, j'aimerai tricher un peu au début en tâtant le terrain. C'est pour moi la meilleure solution.

Mes amies me disent de dire d'emblée la vérité, mais c'est pour moi trop brusque. Je pourrais me faire rudement reprocher mon mensonge voire humilier dans le pire des cas (même si ce n'est pas son style je pense).

Enfin bon, l'aveu de mon mensonge concernant ma majorité ne me dérange pas. Ce qui me dérange le plus, c'est de dire que je suis encore au lycée, parce que ça fait aussitôt de moi quelqu'un «d'immature» par rapport à un adulte comme lui, introduit depuis longtemps dans le monde du travail.

Voilà, j'aimerais bien avoir quelques conseils

Victoria

Chère Victoria,

Comme vos amies, et vous-même, je suis d’avis qu’il n’est jamais bon de commencer une relation sur le mensonge. C’est pourquoi je vous conseille sans réserve de lui dire la vérité, toute la vérité, pour la simple et bonne raison que c’est le seul moyen de lui prouver votre maturité. En effet, il n’y a qu’une femme pour assumer ce qu’elle est et en être fière. Les stratagèmes que vous fomentez pour gagner du temps, bien que savoureux, ne sont que des jeux d’adolescentes. D’autant plus que vous n’avez pas à tester cet homme sur sa capacité à pouvoir être avec vous, pas plus qu’il n’a à le faire pour vous. En vous mettant sur la défensive de cette manière, vous faites de la relation potentielle une lutte de pouvoir, où la sincérité des sentiments n’a pas sa place. Et il me semble que ce ne soit pas un bon angle d’approche, a fortiori si vous désirez être traitée comme une égale.

Je me permets également de vous répondre sur un point précis. En vertu du Code Pénal, la majorité sexuelle est estimée à 15 ans (ce point n’est pas explicitement écrit mais il est déduit de l’article 227-25) et comme vous avez légalement dépassé cet âge, il vous est permis d’avoir des relations sexuelles (et donc sentimentales) avec des hommes (ou des femmes) ayant également plus de 15 ans. Impossible donc de faire mention ici de pédophilie. Et je suis sûre que ce point ne saurait être ignoré par la personne qui vous intéresse.

N’ayez pas honte de votre âge, il vous est envié par bien des gens de 30 ans

Il n’est ici question que de maturité et de commencer la relation du bon pied. Vous demandez à être traitée comme une adulte? Alors conduisez-vous en adulte. Jouez cartes sur table en expliquant et en excusant votre mensonge-réflexe de la rencontre (et qui est tout à fait compréhensible). Si cet homme de 29 ans a continué à se montrer intéressé par votre personne alors qu’il croyait que vous aviez 18 ans, il n’y a aucune raison de qu’il ne le soit pas alors que vous en avez 17. N’ayez pas honte de votre âge, il vous est envié par bien des gens de 30 ans. C’est votre force. Essayez juste de clarifier vos désirs pour vous donner toutes les chances de les voir exaucés. Mettez toutes les chances de votre coté en assumant qui vous êtes. Laissez l’opportunité aux autres de choisir si oui ou non la situation leur déplaît, cela devrait simplifier bien des choses. 

Lucile Bellan
Lucile Bellan (173 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte