France

Louis Aliot annonce son intention de ne pas siéger... dans une assemblée où il n’est pas élu

Temps de lecture : 2 min

Louis Aliot durant un meeting à Lyon le 29 novembre 2014 | REUTERS/Robert Pratta
Louis Aliot durant un meeting à Lyon le 29 novembre 2014 | REUTERS/Robert Pratta

Déjà conseiller municipal de Perpignan, vice-président du Front national et député européen, le vice-président du FN Louis Aliot, qui a terminé deuxième avec 33,9% des voix dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, a annoncé qu’il privilégierait ses autres mandats et ne siégerait pas au conseil régional. Une décision assez facile à prendre... car le député européen frontiste n’a de toute façon pas été élu: il ne figurait qu'en cinquième position sur sa propre liste dans le département des Pyrénées-Orientales. Dans ce département, seuls les quatre premiers candidats de la liste FN vont pouvoir siéger au Conseil régional.

En clair, Louis Aliot était prêt à se présenter pour devenir éventuellement président du conseil régional (sa région faisait partie de celles où le FN avait une chance sérieuse, témoin sa première place sur l'ensemble du Languedoc-Roussillon) mais pas pour devenir «simple» conseiller d'opposition, fonction qui ne peut pas être cumulée à la fois avec un mandat de député européen et avec un mandat de conseiller municipal. C'est ce qu'avait d'ailleurs déjà souligné Le Point fin novembre:

«Lui-même n'apparaît qu'en cinquième position sur la liste des Pyrénées-Orientales. Député européen et conseiller municipal à Perpignan, Louis Aliot ne fera son entrée dans la nouvelle assemblée régionale qu'en cas de victoire. Pas question pour lui de siéger une nouvelle fois dans l'opposition.»

Dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le FN a tout de même obtenu quarante des 158 sièges à pourvoir et sera la première force d’opposition au PS de Carole Delga. Le parti Les Républicains, représentés dans cette élection par Dominique Reynié, termine troisième de l’élection avec seulement 21,3% des suffrages et obtiendront 25 sièges. Le candidat LR a d’ailleurs reproché sur Twitter à Louis Aliot de ne pas siéger au Conseil régional et d’avoir ainsi favorisé la victoire de la gauche.

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters