France

Louis Aliot annonce son intention de ne pas siéger... dans une assemblée où il n’est pas élu

Repéré par Lorenzo Calligarot, mis à jour le 14.12.2015 à 13 h 58

Repéré sur France TV Info, Ministère Intérieur, JDD

Louis Aliot durant un meeting à Lyon le 29 novembre 2014 | REUTERS/Robert Pratta

Louis Aliot durant un meeting à Lyon le 29 novembre 2014 | REUTERS/Robert Pratta

Déjà conseiller municipal de Perpignan, vice-président du Front national et député européen, le vice-président du FN Louis Aliot, qui a terminé deuxième avec 33,9% des voix dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, a annoncé qu’il privilégierait ses autres mandats et ne siégerait pas au conseil régional. Une décision assez facile à prendre... car le député européen frontiste n’a de toute façon pas été élu: il ne figurait qu'en cinquième position sur sa propre liste dans le département des Pyrénées-Orientales. Dans ce département, seuls les quatre premiers candidats de la liste FN vont pouvoir siéger au Conseil régional.

En clair, Louis Aliot était prêt à se présenter pour devenir éventuellement président du conseil régional (sa région faisait partie de celles où le FN avait une chance sérieuse, témoin sa première place sur l'ensemble du Languedoc-Roussillon) mais pas pour devenir «simple» conseiller d'opposition, fonction qui ne peut pas être cumulée à la fois avec un mandat de député européen et avec un mandat de conseiller municipal. C'est ce qu'avait d'ailleurs déjà souligné Le Point fin novembre:

«Lui-même n'apparaît qu'en cinquième position sur la liste des Pyrénées-Orientales. Député européen et conseiller municipal à Perpignan, Louis Aliot ne fera son entrée dans la nouvelle assemblée régionale qu'en cas de victoire. Pas question pour lui de siéger une nouvelle fois dans l'opposition.»

Dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le FN a tout de même obtenu quarante des 158 sièges à pourvoir et sera la première force d’opposition au PS de Carole Delga. Le parti Les Républicains, représentés dans cette élection par Dominique Reynié, termine troisième de l’élection avec seulement 21,3% des suffrages et obtiendront 25 sièges. Le candidat LR a d’ailleurs reproché sur Twitter à Louis Aliot de ne pas siéger au Conseil régional et d’avoir ainsi favorisé la victoire de la gauche.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte