Science & santé

Une ville américaine refuse un projet de fermes solaires par peur du cancer

Repéré par Christophe-Cécil Garnier, mis à jour le 14.12.2015 à 11 h 59

Repéré sur The Independent, Roanoke-Chowan News Herald

La ville de Woodland a rejeté un projet de relocalisation de fermes solaires, sous prétexte qu'elle pouvait impliquer la mort de la flore et provoquer le cancer.

Panneaux solaires | Christine via Flickr CC License by

Panneaux solaires | Christine via Flickr CC License by

Woodland est une ville comme n’importe quelle autre sur la route 258 qui traverse une bonne partie de la Caroline du Nord. Elle a pourtant gagné en renommée lorsque ses habitants ont rejeté un plan de relocalisation de fermes solaires au début du mois de décembre 2015, comme le rapporte le quotidien britannique The Independent, qui cite un journal local, le Roanoke-Chowan News Herald. Trois fermes avaient déjà été acceptées par le conseil de la ville et les panneaux de la première étaient en cours d’installation. Pourtant, le conseil de la ville a fini par voter un moratoire sur ces fermes. La raison? Les craintes de quelques habitants.

Si certains avaient peur que l’établissement de ces fermes solaires ne provoque une perte de valeur marchande pour leurs propriétés, d’autres ont exposé des arguments plus inédits. Jane Mann, une professeure de sciences retraitée, a exprimé ses préoccupations concernant «le nombre élevé de cancer dans la zone [où se trouvent déjà des fermes solaires]», indiquant que «personne ne pouvait lui dire que les panneaux solaires ne causent pas le cancer». L’ancienne enseignante a également indiqué avoir observé que les plantes près des panneaux solaires étaient en train de mourir car elles n’avaient pas assez de lumière.

«Aspirer toute l’énergie du soleil»

Elle a été appuyée par Bobby Mann (l’article du Roanoke-Chowan News Herald n’évoque pas de parenté entre les deux opposants), qui a expliqué que les fermes solaires «aspireraient toute l’énergie du soleil». Malgré la défense des représentants de Strata, l’entreprise fabriquant les panneaux solaires, qui ont affirmé que les panneaux n’aimantaient pas toute la lumière du soleil, le conseil de la ville a voté à trois voix contre une contre la relocalisation des fermes solaires.

La ville de Woodland ne va donc pas pouvoir bénéficier des ressources de ces panneaux solaires car les fermes resteront en dehors des limites de la ville, un élément qui avait motivé en premier lieu la relocalisation.

En 2009, un membre du congrès, Joe Barton, s’était lui fait remarquer en laissant supposer que les éoliennes pouvaient provoquer la fin du vent selon Politifact, qualifiant le phénomène météorologique de «ressource épuisable».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte